KOLWEZI, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO - Les coprésidents d’Ivanhoe Mines (TSX : IVN ; OTCQX : IVPAF), Robert Friedland et Yufeng « Miles » Sun, ont annoncé aujourd'hui que, compte tenu de l'impact mondial en évolution rapide de la pandémie COVID-19, la société fournit de plus amples détails sur les mesures de protection rigoureuses qu'elle a mises en œuvre pour protéger la santé et le bien-être de ses employés, de ses sous-traitants et des communautés locales, tout en assurant la continuité des activités du projet Kamoa-Kakula.

En réponse aux restrictions de voyage imposées par le gouvernement et à l’introduction de protocoles d’urgence dans le monde entier, des procédures strictes de quarantaine et de confinement ont été mises en place pour les trois projets de la société  : Kamoa-Kakula, Platreef et Kipushi, afin d’empêcher le virus de se propager aux sites miniers. À ce jour, aucun cas de COVID-19 n'a été constaté.

Le site minier de Kamoa-Kakula a été isolé. Tout le personnel clé réside sur place. Les approvisionnements en denrées alimentaires et en matériel essentiel sont soumis à des protocoles de livraison stricts. Au total, 881 employés, qui étaient auparavant basés dans les communautés environnantes et à Kolwezi, ont été transférés dans les logements permanents de la mine. Près de 250 employés supplémentaires seront installés sur le site de la mine une fois la capacité d'accueil étendue. Ils seront naturellement soumis à des protocoles de quarantaine adaptés et rigoureux. Actuellement, un total de 3 532 employés et sous-traitants sont basés sur le site de la mine, ce qui assure la continuité d’exploitation et minimise l'impact sur le calendrier de développement.

Les opérations de forage de puits du projet Platreef ont été temporairement suspendues au moins jusqu'au 16 avril, conformément au confinement national de 21 jours ordonné par le gouvernement sud-africain à compter du 26 mars. Une équipe réduite est maintenue pour effectuer les travaux d'entretien et de maintenance afin de permettre une reprise rapide du développement du projet.

L’exploitation du projet de Kipushi a également été temporairement suspendue afin de réduire les risques pour le personnel et les communautés locales. Une équipe réduite y est maintenue pour effectuer les travaux d'entretien et de maintenance, ainsi que pour assurer la continuité des opérations de pompage.

Conformément aux lignes directrices définies par l'Organisation mondiale de la santé, tout en s'appuyant sur l'expérience de ses partenaires chinois : CITIC Metal et Zijin Mining, et bien avant que la pandémie ne soit officiellement déclarée, la société a nommé une équipe spéciale composée de cadres supérieurs et chargée de la planification des interventions relatives au COVID-19.

L'équipe est dirigée par le Dr Nicolette Du Plessis, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques et professeur à l'université de Pretoria, et comprend des médecins spécialistes, des ambulanciers et des infirmiers/infirmières. Elle bénéficie également des conseils de plusieurs épidémiologistes externes de renommée mondiale. Dr Du Plessis est présidente de la Southern African Society of Paediatric Infectious Diseases et présidente élue de la Federation of Infectious Diseases Societies of Southern Africa.

L'équipe spéciale, forte de ses 16 membres et de son groupe d'intervention médicale sur le site du projet Kamoa-Kakula en pleine expansion, ainsi que son fournisseur de services médicaux, Medical Support Solutions of the United Kingdom, bénéficient des meilleurs conseils d'experts médicaux du monde entier et ont mis en place des procédures clés dans l'ensemble de l'entreprise afin de minimiser la perturbation des activités.

Le Dr Nicolette Du Plessis, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques et professeur à l'université de Pretoria, dirige l'équipe d'intervention COVID-19 d’Ivanhoe Mines.

Dans le cadre du projet Kamoa-Kakula, la société a mis en place des procédures d'isolement strictes pour le personnel à haut risque ou les cas potentiels de COVID-19. Dix unités de soins intensifs, chacune équipée de respirateur artificiel, et 20 unités de réanimation seront disponibles pour traiter les patients éventuels. En outre, une installation de quarantaine permettra d'accueillir jusqu'à 60 patients.

La société s'est déjà procuré de nombreux équipements essentiels pour la protection de ses professionnels de santé sur les sites miniers, notamment des gants chirurgicaux et des masques faciaux N95. De plus, le principal actionnaire d'Ivanhoe, CITIC Metal, a contribué à l'acquisition d'un nombre très important de kits de tests de diagnostic du coronavirus. La société distribuera les kits de test pour ses projets en République démocratique du Congo (RDC) et en Afrique du Sud. L'objectif est de veiller au respect des protocoles de santé et de sécurité pendant la pandémie et d'assurer la continuité des activités du projet Kamoa-Kakula.

En outre, l’entreprise travaille en étroite collaboration avec les gouvernements hôtes qui ont agi rapidement et de manière décisive en légiférant sur les mesures visant à freiner la propagation de la maladie. En collaboration avec les ministères de la Santé de la RDC et d'Afrique du Sud, la société se procure un certain nombre de traitements en phase précoce qui pourraient potentiellement prévenir la propagation du virus COVID-19 dans tout le pays.

Robert Friedland a déclaré : « Nous prenons des mesures destinées à protéger nos employés et les collectivités face à l'évolution de la situation relative au COVID-19. Notre objectif est de maintenir nos opérations dans un état de fonctionnement sécurisé, tout en surveillant de près la situation. »

« En raison de la nature de nos projets de développement minier, certains travaux ne peuvent pas être effectués à distance. Nous nous efforçons donc d’y réduire le risque de propagation du virus. La continuité opérationnelle est essentielle pour les emplois, les communautés environnantes et les économies locales. Nous continuerons à adapter nos actions en fonction de l'évolution de la situation, en nous concentrant principalement sur la santé et la sécurité de notre personnel. »

« L'équipe d'Ivanhoe est composée de personnes extraordinaires. Je suis absolument convaincu qu'en travaillant ensemble, nous relèverons ces défis et en sortirons plus forts et plus résistants que jamais », a ajouté M. Friedland.

Les membres de l'équipe médicale sur site de Kamoa-Kakula sont en mesure d'identifier et de traiter rapidement tous les cas potentiels de COVID-19 et de prévenir la propagation de la maladie aux autres employés.

Au premier rang, de gauche à droite : Salva Mujinga Tshimanga (infirmier) ; Augustin Kabedi Mujinga (infirmier) ; Papy Wedialumbele Lumasa (infirmier) ; Asmara Ally (ambulancier spécialisé en soins avancés de réanimation) ; Dr De Delvareine Kabwayi Buyamba (médecin).

Au deuxième rang, de gauche à droite : Tresor Kasongo Dibwe (infirmier) ; Paulin Mwanza Umbanga (infirmier) ; Greg Hillen (ambulancier spécialisé en soins avancés de réanimation) ; Timothee Bwana Ngoie (infirmier) ; Christian Masengo Ngoy (infirmier) ; Adellard Muyambo Kazenga (infirmier) ; Prince Hlongwane (ambulancier spécialisé en soins avancés de réanimation) ; Dr Patrick Kasongo Ngoyi (gestionnaire en santé) ; Alain Sambwe Masengo (infirmier).

Dr Delvareine Kabwayi Buyamba en train de procéder à des interventions médicales avec un respirateur artificiel dans l'unité de soins intensifs (USI) de l'hôpital de Kakula.

La mine de cuivre de Kakula poursuit son excellent développement minier souterrain

Le développement souterrain de la mine de cuivre de Kakula continue sa progression à un rythme soutenu. Environ 12 kilomètres de développement souterrain sont désormais achevés, soit une avance d'environ 3,4 kilomètres par rapport au plan. En mars, l'équipe minière a établi un nouveau record de développement mensuel de plus de 1 350 mètres, soit une avance de plus de 330 mètres sur le plan mensuel. Une équipe d'un second propriétaire, composée de mineurs congolais locaux entièrement formés sur place, a démarré les travaux de développement souterrain alors que le projet évolue vers une équipe minière entièrement propriétaire.

Deux des équipes minières souterraines exploitent des foreuses jumbo semi-autonomes à double flèche dans la mine de Kakula.

L'équipe de construction agrandit le mur du principal barrage souterrain de stockage d'eau de Kakula.

La construction du système souterrain de manutention des roches et du convoyeur progresse. Ils devraient être opérationnels ce mois-ci. L'alésage du puits de ventilation 2 au sud de Kakula a été achevé. Il permet d'assurer une ventilation supplémentaire de la partie sud de la mine de Kakula.

Le système de convoyeur à grand volume qui transportera le minerai brisé du sous-sol jusqu'aux stocks de minerai de préproduction.

Des ouvriers mettent la dernière main à un « transporteur à tablier métallique » qui chargera le minerai de l'une des bennes à minerai souterrain de 5 000 tonnes de Kakula vers le convoyeur.

L'équipe de construction souterraine de Kakula est sur le point d'achever la structure inférieure de la pointe est qui fait partie du système de manutention du minerai souterrain sur le site de Kakula.

Une foreuse de montage perfore la surface, marquant l'achèvement de l'alésage du puits de ventilation 2 de 5,5 mètres de diamètre dans la mine de Kakula.

La construction du complexe de traitement en surface de Kakula, d'une capacité de 3,8 millions de tonnes par an, progresse rapidement. Les premiers travaux de génie civil visaient en priorité la fondation des stocks de minerai brut et des broyeurs à boulets.

Des travailleurs de la construction érigent des barres d'armature en acier avant la prochaine coulée de béton pour les fondations destinées à soutenir les broyeurs à boulets de l’usine de traitement initial de Kakula d’une capacité de 3,8 millions de tonnes par an.

Coulage des fondations en béton pour l'épaississeur de concentré de l'usine de traitement.

Poursuite de la construction du circuit de flottation de l'usine de traitement.

Le projet Kamoa-Kakula s'approvisionne en matériaux et équipements auprès d'entreprises ayant des installations de fabrication situées dans divers pays du monde. Leurs activités sont parfois impactées par la pandémie de COVID-19. L'équipe d'ingénieurs évalue actuellement les répercussions sur le calendrier d’approvisionnement, sur la réduction de l'activité du site et sur le calendrier général de développement.

À propos d’Ivanhoe Mines

Ivanhoe Mines est une compagnie minière canadienne axée sur trois principaux projets en coentreprise d’Afrique australe : le développement d’une importante nouvelle mine de cuivre sur les gisements de cuivre de Kamoa-Kakula en République démocratique du Congo (RDC), le gisement de palladium–platine-nickel-cuivre–rhodium-or de Platreef en Afrique du Sud et le vaste réaménagement, et la modernisation de la mine historique de zinc-cuivre-germanium-argent de Kipushi, également en RDC. Ivanhoe explore également de nouveaux gisements de cuivre sur ses permis Western Foreland détenus à 100 % en RDC, près du projet Kamoa-Kakula.

Coordonnées

Investisseurs : Bill Trenaman (+1) 604 331 9834 / médias : Matthew Keevil +1.604. 558.1034

Énoncés prospectifs

Certaines déclarations contenues dans le présent communiqué constituent des « déclarations prospectives » ou des « informations prospectives » au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables. Ces déclarations et ces informations impliquent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs qui pourraient conduire à des résultats, performances et réalisations de la société, de ses projets ou à des résultats de l’industrie sensiblement différents des résultats, performances et réalisations futurs qu’indiquent ou que laissent entendre ces déclarations prospectives ou ces informations prospectives. Ces déclarations se reconnaissent à l’utilisation de termes tels que « pouvoir », « devoir », « avoir l’intention de », « s’attendre à », « prévoir », « croire », « planifier », « anticiper », « estimer », « prédire » et d’autres termes similaires, ou encore au fait qu’elles indiquent que certaines mesures seront prises, certains événements se produiront ou certains résultats seront obtenus ou pourraient l’être. Ces déclarations reflètent les attentes actuelles de l’entreprise concernant des événements, performances et résultats futurs et n’ont de valeur qu’à la date du présent communiqué.

De telles déclarations incluent, sans limitation, le calendrier et les résultats : (i) déclarations relatives aux interventions d'Ivanhoe face à la pandémie COVID-19 ; (ii) reprise prévue des activités temporairement suspendues et (iii) déclarations relatives aux prévisions de mise en service en avril du système souterrain de manutention des roches, et du convoyeur à Kakula.

Les déclarations prospectives et les informations prospectives comportent des risques et incertitudes importants ; elles ne doivent pas être considérées comme des garanties de performance ou de résultats futurs et ne constitueront pas nécessairement des indicateurs fiables de l’obtention ou non de ces résultats. Un certain nombre de facteurs pourraient faire varier sensiblement les résultats réels par rapport aux résultats présentés dans les déclarations ou informations prospectives. Ils comprennent, mais sans s'y limiter, les éléments mentionnés à la rubrique « Facteurs de risques » et ailleurs dans le rapport de gestion (MD&A) de la société pour la fin d'année 2019, ainsi que des changements imprévus apportés aux lois, règles ou règlements, ou à leur application par les autorités compétentes, l'incapacité des parties contractantes à s'acquitter de leurs obligations convenues avec la société, les troubles sociaux ou du travail, la variation des prix des matières premières et l'incapacité des programmes d'exploration ou des études à produire les résultats escomptés, ou les résultats qui justifieraient et appuieraient la poursuite de l'exploration, des études, du développement ou des exploitations.

Bien que les déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué soient fondées sur des hypothèses que la direction de la société juge raisonnables, la société ne peut pas garantir aux investisseurs que les résultats réels seront conformes à ces déclarations prospectives.

Ces déclarations prospectives sont formulées à la date du présent communiqué de presse et sont, dans leur intégralité, expressément assorties des réserves apportées par la présente mise en garde. Sous réserve des lois sur les valeurs mobilières applicables, la société n’est tenue d’aucune obligation d’actualiser ou de réviser les déclarations prospectives figurant dans les présentes afin de tenir compte de circonstances ou d’événements se produisant après la date du présent communiqué.

Les résultats réels de la société pourraient différer sensiblement de ceux anticipés dans les présentes déclarations prospectives en raison des éléments énoncés à la rubrique « Facteurs de risques » et ailleurs dans le dernier rapport de gestion (MD&A) de la société pour la fin d'année 2019, les états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités pour l'exercice clos le 31 décembre 2019 et son formulaire d’informations annuel.

Télécharger en format PDF

Inscrivez-vous à notre liste d’e-mails

Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software