TORONTO, CANADA : Ivanhoe Mines (TSX : IVN ; OTCQX : IVPAF) a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020. Ivanhoe Mines est une compagnie minière canadienne qui se concentre sur l’avancement de ses trois projets de développement minier en Afrique australe : le gisement de cuivre de Kamoa-Kakula en République démocratique du Congo (RDC), le gisement de palladium–platine–rhodium-nickel-cuivre-or de Platreef en Afrique du Sud et la vaste modernisation de la mine historique de zinc-cuivre-argent-plomb-germanium de Kipushi, également en RDC.

Ivanhoe explore également de nouvelles découvertes de cuivre sur ses licences d'exploration détenues à 100% en RDC, près du projet Kamoa-Kakula. Tous les chiffres sont en dollars américains, sauf indication contraire.

POINTS FORTS

  • Les travaux de développement de la mine de cuivre de Kakula, la première de plusieurs zones d’exploitations minières prévues à Kamoa-Kakula, avancent à grands pas. L’avancement global de la première phase des opérations d’exploitation minière et de broyage de 3,8 millions de tonnes par an est d’environ 58 %, avec la première production planifiée en juillet 2021. Le projet est une coentreprise entre Ivanhoe Mines (39,6 %), Zijin Mining Group (39,6 %), Crystal River Global Limited (0,8 %) et le gouvernement de la République démocratique du Congo (20 %).
  • Kakula devrait être la plus grande mine de cuivre au monde, avec une teneur d’alimentation moyenne estimée à plus de 6,0 % de cuivre au cours des cinq premières années d’exploitation. Elle aura également l’une des plus petites empreintes au sein des communautés voisines du projet en termes d’eau, d’énergie électrique, de résidus et de dioxyde de carbone par unité de cuivre produite.
  • La construction de la première usine de traitement par concentrateur de 3,8 millions de tonnes par an de Kamoa-Kakula progresse bien et l’avancement était d’environ 28 % à la fin du mois d’octobre. Les éléments mécaniques de l’usine de traitement par concentrateur devraient être terminés au cours du T2 de 2021.
  • Une hydroélectricité propre et durable alimentera le projet Kamoa-Kakula. Les travaux de modernisation en cours à la centrale hydroélectrique de Mwadingusha en RDC devraient permettre de fournir environ 72 mégawatts (MW) d’électricité au réseau d’électricité national d’ici le début de 2021.
  • Kamoa-Kakula fait l’objet de discussions détaillées avec plusieurs parties concernant la commercialisation et la fonte de ses concentrés de cuivre. Kakula devrait produire un concentré de cuivre propre et à très haute teneur (contenant plus de 55 % de cuivre). Les travaux d’essai métallurgiques indiquent que les concentrés de Kakula contiennent des niveaux extrêmement faibles d’arsenic, conformément aux normes internationales, soit 0,01 % environ. Cela est considéré comme étant un avantage concurrentiel déterminant.
  • L’estimation actuelle des dépenses en immobilisations initiales de Kakula est d’environ 1,3 milliard $ au 1 janvier 2019. Ce chiffre suppose la mise en service du premier module de l’usine de traitement par concentrateur au juillet 2021 et inclut les stocks de minerai de pré-production. Les dépenses en immobilisations engagées par la coentreprise de Kamoa-Kakula en 2019 se sont élevées à 309 millions $. Des coûts en capital supplémentaires de 403 millions $ ont été engagés par la coentreprise au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020. Par conséquent, les coûts en capital restant à la coentreprise jusqu’à la production initiale sont estimés à 570 millions $.
  • Les partenaires en coentreprise de Kamoa-Kakula évaluent les facilités de financement du crédit au niveau du projet pour accélérer le développement de la phase 2.
  • À la fin du T3 de 2020, Ivanhoe disposait d’environ 376 millions $ de trésorerie et d’équivalents de trésorerie et n’avait aucune dette importante.
  • Les installations portent sur l’expansion de phase 2 de Kamoa-Kaula et incluent l’expansion souterraine à la mine de Kakula pour atteindre un taux de production annuel de 6 millions de tonnes par an, le lancement des exploitations minières à la mine de Kansoko avoisinante à un niveau stable de 1,6 million de tonnes par an, un deuxième module de concentrateur de 3,8 millions de tonnes par an à Kakula et l’infrastructure de surface associée pour soutenir l’élargissement des divers sites.
  • Le développement souterrain de la mine de cuivre de Kakula continue poursuit son avance sur le calendrier prévu. Plus de 24,7 kilomètres de développement souterrain ont été achevés à la fin d’octobre, soit 7,9 kilomètre en avance sur les prévisions. Le rythme de développement devrait continuer de s’accélérer à mesure que des équipes minières supplémentaires sont ajoutées.
  • À la fin d’octobre, il manquait moins de 100 m aux principaux tunnels d’accès de Kakula entre les pentes nord et sud pour une connexion à la zone à haute teneur du gisement. Le trou de forage augmentera considérablement la ventilation au centre du corps minéralisé, ce qui permettra à des équipes minières supplémentaires de démarrer des opérations minières hautement productives dans les zones à haute teneur en minerai de Kakula.  
  • À la fin d’octobre, les stocks de minerai à moyenne et haute teneurs de Kamoa-Kakula contenaient environ un million de tonnes avec une teneur de cuivre de 3,47 %.Les équipes minières ont produit 194 000 tonnes combinées de minerai avec une teneur en cuivre de 4,01 % en octobre dans les mines de Kakula et Kansoko.
  • Grâce à l’énorme quantité de développement de préproduction réalisé à ce jour dans les mines de Kakula et de Kansoko, le projet est maintenant bien placé pour connaître une accélération importante du tonnage, ainsi qu’une augmentation marquée de la teneur de minerai ajouté aux stocks de surface au début de ce mois.
  • Le premier puits (puits 1) du Platreef Project, un projet de niveau 1 de palladium-platine-nickel-cuivre-or-rhodium en Afrique du Sud, a été achevé en juillet et sa profondeur finale est d’environ 996 mètres.
  • Ivanhoe finalise actuellement un plan de développement progressif pour le Platreef Project. Ce plan vise un capital initial nettement inférieur pour accélérer la première production en utilisant le puits 1 comme puits de production initial de la mine, suivi par des augmentations du taux de production, comme indiqué dans l’étude de faisabilité définitive (DFS) 2017.
  • Parallèlement, Ivanhoe met à jour l’étude de faisabilité définitive 2017 de Platreef Project pour prendre en considération les progrès de développement depuis 2017, date à laquelle l’étude a été finalisée, les coûts mis à jour, les prix du métal et les hypothèses de taux de change actualisés. La publication de l’étude de faisabilité définitive (DFS) et du plan de production à développement progressif est prévue pour la seconde moitié de novembre 2020.
  • Le 27 juillet 2020, Ivanhoe a annoncé avoir eu et poursuivre des discussions stratégiques concernant : son projet Western Forelands détenu à 100 % qui jouxte son permis d’exploitation minière de Kamoa-Kakula, la mine de zinc-cuivre-argent-plomb-germanium de Kipushi en RDC et son projet de palladium-platine-nickel-cuivre-rhodium-or de Platreef sur la partie nord (Northern Limb) du complexe igné de Bushveld en Afrique du Sud.
  • Le 6 novembre 2020, le conseil d’Ivanhoe a nommé ses deux membres indépendants récemment nommés, Nunu Ntshingila et Martie Janse van Rensburg, comme présidente du Comité du Développement durable et présidente du Comité des rémunérations et des ressources humaines, respectivement.
  • À la fin de septembre 2020, Kamoa-Kakula avait enregistré 1,64 millions d’heures de travail sans blessure entraînant une perte de temps et Kipushi avait enregistré 2,68 millions d’heures de travail sans blessure entraînant une perte de temps.

Principaux projets et bilan des activités

1 .Projet de Kamoa-Kakula
Détenu à 39,6 % par Ivanhoe Mines
République Démocratique du Congo

Le projet Kamoa-Kakula, une coentreprise entre Ivanhoe Mines et Zijin Mining, a été classé indépendamment comme le quatrième plus grand gisement de cuivre au monde par le consultant minier international Wood Mackenzie. Le projet est situé à environ 25 kilomètres à l’ouest de la ville de Kolwezi et à environ 270 kilomètres à l’ouest de Lubumbashi.

Ivanhoe a vendu une participation de 49,5 % dans Kamoa Holding à Zijin Mining en décembre 2015 pour une contrepartie totale de 412 millions USD. En outre, Ivanhoe a vendu une participation de 1 % dans Kamoa Holding à la société privée Crystal River pour 8,32 millions USD que Crystal River paiera au moyen d’un billet à ordre ne portant pas intérêt de 10 ans. Depuis la conclusion de l’opération Zijin en décembre 2015, chaque actionnaire est tenu de financer les dépenses du projet Kamoa-Kakula pour un montant équivalant à sa participation proportionnelle dans Kamoa Holding.

Une participation non diluable de 5 % dans le projet Kamoa-Kakula a été transférée au gouvernement de RDC le 11 septembre 2012 sans contrepartie, conformément au code minier de la RDC de 2002. Suite à la signature d’un accord avec le gouvernement de RDC en novembre 2016, en vertu duquel une participation supplémentaire de 15 % dans le projet Kamoa-Kakula a été transférée au gouvernement de RDC, Ivanhoe et Zijin Mining détiennent désormais chacun une participation indirecte de 39,6 % dans le projet Kamoa-Kakula, Crystal River détient une participation indirecte de 0,8 %, et le gouvernement de RDC détient une participation directe de 20 %. Kamoa Holding détient une participation de 80 % dans le projet.

Santé et sécurité à Kamoa-Kakula

Ivanhoe Mines a le regret de signaler qu’un accident mortel s’est produit au niveau du Projet de Kamoa-Kakula le 16 août 2020. L’accident s’est produit sous terre, sur le chantier nord de Kakula. Un employé de l’entreprise de construction est entré en collision avec la paroi latérale d’un tunnel d’accès alors qu’il tentait de déplacer un engin de forage et qu’il n’était ni formé, ni autorisé à le faire.

À la fin septembre 2020, le projet de Kamoa-Kakula avait atteint un total de 1 640 584 heures de travail sans blessure entraînant une perte de temps. En matière de sécurité au travail, nous poursuivons nos efforts pour atteindre l’objectif « zéro blessure » pour tous les employés et entrepreneurs de construction qui travaillent sur le projet.

Conformément aux directives du gouvernement de la RDC en matière de santé et en accord avec la levée des restrictions dans le pays, le personnel congolais de Kamoa-Kakula a repris son rythme de travail normal. Les contrôles rigoureux, la distanciation physique, le port de masques, le lavage fréquent des mains et les mesures de traçage des contacts sont toujours en vigueur afin de protéger la sécurité et la santé des effectifs et des populations locales.

Le projet a mis en place une installation de mise en quarantaine COVID-19 au camp de Kamoa. Tous les cas symptomatiques potentiels sont transférés vers cette installation, où ils seront isolés, traités et testés. Une fois les patients guéris et jugés non contagieux, ils ne peuvent reprendre le travail qu’après une période de quarantaine supplémentaire déterminée par le personnel médical du projet.

À mesure que la pandémie évolue, l’équipe médicale de Kamoa-Kakula continue de revoir et de mettre à jour ses protocoles d’atténuation des risques. Les mesures préventives du projet répondent aux normes internationales les plus strictes. Si un cas se présente en interne, le risque de propagation ou de contamination croisée est perçu comme très faible.

Dr. Patrick Kasongo, coordinateur de la santé au travail (à gauche) ; Brett Watson, responsable de la direction, Santé, Sécurité et Environnement (au milieu) et Greg Hillen, agent paramédical en réanimation avancée (à droite), trois membres clés de l’équipe médicale de premier plan de Kamoa-Kakula qui ont été joué un rôle important dans la gestion réussie par le projet de la pandémie de la COVID-19.

Résultats économiques exceptionnels du Plan de développement intégré de Kamoa-Kakula 2020 

Le 8 septembre 2020, Ivanhoe Mines a annoncé les résultats du Plan de développement intégré (IDP) indépendant du projet de Kamoa-Kakula. Le Plan de développement intégré 2020 de Kamoa-Kakula comprend trois scénarios de développement :

  • Étude de faisabilité définitive (DFS) pour la phase 1 du développement de la mine de Kakula. L’étude de faisabilité définitive (DFS) 2020 de Kakula évalue le développement d’une mine souterraine de phase 1 de 6 millions de tonnes par an et le complexe de traitement en surface au niveau du gisement de Kakula d’une capacité de 7,6 millions de tonnes par an, bâtis en deux modules de 3,8 millions de tonnes par an, dont le premier est déjà en construction avancée.
  • Étude de préfaisabilité (PFS) incluant le développement de la mine de Kansoko. L’étude de préfaisabilité (PFS) 2020 Kakula-Kansoko évalue le développement des activités minières au niveau du gisement de Kansoko en plus de la mine de Kakula, initialement à un taux de 1,6 million de tonnes par an pour alimenter le concentrateur à Kakula, pour s’élever progressivement finalement à 6 millions de tonnes par an, alors que les réserves à Kakula s’épuisent.
  • Développement subséquent étendu à quatre mines. L’évaluation économique préliminaire (PEA) 2020 de Kamoa-Kakula comprend une analyse du potentiel pour un développement intégré de 19 millions de tonnes par an en plusieurs phases, devant commencer par une production initiale à la mine de Kakula, suivie d’opérations minières souterraines distinctes ultérieures dans les mines avoisinantes de Kansoko, Kakula Ouest et Kamoa Nord, avec la construction d’une fonderie de type blister. La région de Kamoa Nord est composée de cinq mines distinctes qui seraient développées lorsque les ressources seront épuisées ailleurs, pour maintenir le taux de production à 19 millions de tonnes par an, avec une durée de vie globale dépassant les 40 ans.

L’IDP 2020 de Kamoa-Kakula a été préparé de façon indépendante, dans sa totalité par : OreWin Pty Ltd. d’Adélaïde en Australie, China Nerin Engineering Co. Ltd de Jiangxi en Chine, DRA Global de Johannesburg en Afrique du Sud, Epoch Resources de Johannesburg en Afrique du Sud, Golder Associates Africa de Midrand en Afrique du Sud, KGHM Cuprum R&D Centre Ltd. de Wroclaw en Pologne, Outotec Oyj de Helsinki en Finlande, Paterson and Cooke du Cap en Afrique du Sud, Stantec Consulting International LLC de Phoenix aux États-Unis, SRK Consulting Inc. de Johannesburg en Afrique du Sud et Wood plc de Reno aux États-Unis.

Sont parmi les points forts de l’étude de faisabilité définitive (DFS) 2020 de Kakula, mine de Kakula de capacité initiale de 6 millions de tonnes par an :

  • L’étude de faisabilité définitive (DFS) 2020 de Kakula évalue le développement d’une première phase de mine souterraine à 6 millions de tonnes par an et le complexe de traitement en surface au niveau du gisement de Kakula de 7,6 millions de tonnes par an, construit en deux modules de 3,8 millions de tonnes par an, la construction du premier étant déjà avancée. Pour cette option, l’étude de faisabilité définitive (DFS) envisage un taux de production annuel de 284 000 tonnes de cuivre avec un coût déboursé sur site de 0,52 $ par livre (lb.) de cuivre et un coût déboursé total de 1,16 $/lb de cuivre pour les 10 premières années d’exploitation, prévoyant une production annuelle pouvant atteindre 366 000 tonnes de cuivre à la quatrième année.
  • Des dépenses en immobilisations initiales restantes de 0,65 milliard de dollars pour cette option résulteraient en une valeur actualisée nette après impôt à un taux d’actualisation de 8 % (NPV8 %), de 5,5 milliards $.
  • Le taux de rendement interne de 77,0 % et la période de récupération du projet de 2,3 ans confirment que les aspects économiques de la phase 1 du projet de Kamoa-Kakula sont on ne peut plus prometteurs.
  • Kakula bénéficie d’une teneur d’alimentation moyenne très élevée de 6,6 % de cuivre sur une période initiale d’exploitation de 5 ans et de 5,2 % de cuivre en moyenne sur une durée de vie de mine de 21 ans.

Les points forts de l’étude de préfaisabilité (PFS) 2020 de Kakula-Kansoko incluant le développement de la mine de Kansoko sont les suivants :

  • L’étude de préfaisabilité (PFS) 2020 de Kakula-Kansoko évalue le développement des activités minières dans le gisement de Kansoko en plus de Kakula, initialement à un taux de 1,6 million de tonnes par an pour remplir le concentrateur de 7,6 millions de tonnes par an à Kakula, pour finalement passer à 6 millions de tonnes par an à mesure que les réserves de Kakula s’épuisent. Pour cette option, l’étude de préfaisabilité (PFS) envisage un taux de production annuel de 331 000 tonnes de cuivre avec un coût déboursé sur site de 0,55 $/lb. de cuivre et un coût déboursé total de 1,23 $/lb. de cuivre pour les 10 premières années d’exploitation, prévoyant une production annuelle pouvant atteindre 427 000 tonnes de cuivre à la quatrième année.
  • Des dépenses en immobilisations initiales restantes de 0,69 milliard $ pour cette option résulteraient en une valeur actualisée nette après impôt à un taux d’actualisation de 8 % (NPV8 %), de 6,6 milliards $. Le taux de rendement interne de 69,0 % et la période de récupération du projet de 2,5 ans confirment que les aspects économiques du projet de Kamoa-Kakula sont on ne peut plus prometteurs.
  • La production combinée de Kakula-Kansoko bénéficie d’une teneur d’alimentation moyenne très élevée de 6,2 % de cuivre sur une période initiale d’exploitation de 5 ans et de 4,5 % de cuivre en moyenne sur une durée de vie de mine de 37 ans.

Sont parmi les points forts de l’option potentielle de développement modulaire, intégrée et élargie pour les gisements de Kakula et Kamoa grâce à la construction d’une fonderie blister, pour un total de 19 millions de tonnes par an :

  • L’évaluation économique préliminaire PEA 2020 de Kamoa-Kakula présente une option de développement supplémentaire en plusieurs phases, avec une exploitation séquentielle des gisements à haute teneur en cuivre de Kamoa-Kakula.
  • Production initiale de la mine de Kakula à un taux de 6 millions de tonnes par an, suivie par les opérations minières souterraines séparées ultérieures aux mines avoisinantes de Kansoko, Kakula Ouest et Kamoa Nord, ainsi que par la construction d’une fonderie blister. La zone de Kamoa Nord comprend cinq mines séparées qui seront développées lorsque les ressources s’épuiseront ailleurs, pour maintenir un taux de production jusqu’à 19 millions de tonnes par an, avec une durée de vie globale dépassant les 40 ans.
  • Dans le cas du développement intégré à plusieurs étapes de 19 millions de tonnes par an, l’évaluation économique préliminaire (PEA) envisage des dépenses en immobilisations initiales restantes de 0,7 milliard de dollars. L’expansion future des mines de Kansoko, Kakula Ouest et Kamoa Nord pourraient être financées par les flux de trésorerie de la mine de Kakula, pour une valeur actualisée nette après impôts, avec un taux d’actualisation de 8 % (NPV8 %), de 11,1 milliards $, un taux de rendement interne de 56,2 % et une période de récupération de 3,6 ans.
  • Dans le cadre de cette approche, l’évaluation économique préliminaire (PEA) envisage également la construction d’une fonderie de cuivre blister à l’usine de Kakula avec une capacité d’un million de tonnes de concentrés de cuivre par an, financée par des flux de trésorerie internes. Cela interviendrait dans la cinquième année d’exploitation, et produirait des économiques significatives sur les frais de traitement et les coûts de transport.
  • Le scénario à 19 millions de tonnes par an montre le potentiel d’une production annuelle de 501 000 tonnes de cuivre pour un coût déboursé total de 1,07 $/livre de cuivre pendant les 10 premières années d’exploitation et une production de 805 000 tonnes d’ici la huitième année.
  • Le taux de production envisagé ferait de Kamoa-Kakula la deuxième mine de cuivre au monde.

Les dépenses en immobilisations engagées par la coentreprise Kamoa-Kakula au cours des neuf premiers mois de 2019 se sont élevées à 309,1 millions USD, dont 125,2 millions USD ont été consacrés aux déclins de Kakula et à l’aménagement de la mine. Un coût en capital supplémentaire de 403 millions $ qui comprend les coûts affectés aux stocks de minerai de pré-production a été engagé au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020. La quote-part d’Ivanhoe dans les coûts en capital encourus au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 était de 200 millions $, ce qui représente approximativement sa quote-part de 40 % des coûts en capital initiaux, plus sa quote-part du capital associé aux 20 % d’intérêts détenus par le gouvernement de la RDC, qui seront remboursés par les futurs flux de trésorerie du projet. Ivanhoe a prévu un budget de 127 millions $ pour un financement proportionnel d’environ 50 % du projet Kamoa-Kakula pour le reste de l’année 2020. En 30 septembre 2020, la coentreprise estimait à 570 millions $ les coûts en capital restant à couvrir jusqu’à la production initiale.

Ivanhoe prévoit que ses liquidités ou ses options de financement continueront d’être suffisantes pour couvrir sa part proportionnelle des coûts en capital initiaux restant.

Figure 1. Capacité de développement à long terme de 19 millions de tonnes par an selon l’évaluation économique préliminaire (PEA) de Kamoa-Kakula, qui positionnerait Kamoa-Kakula comme le second complexe minier le plus grand au monde, avec une production de cuivre annuelle maximale de plus de 800 000 tonnes.

Chiffres d’OreWin 2020

Figure 2 : Vue d’ensemble des gisements compris dans l’étude de faisabilité définitive (DFS) 2020 de Kakula (6 millions de tonnes par an, indiquée par une ligne en pointillés bleue), l’étude de préfaisabilité 2020 de Kakula-Kansoko (7,6 millions de tonnes par an, indiquée par une ligne en pointillées violette) et l’évaluation économique préliminaire (PEA) 2020 de Kamoa-Kakula (indiquée par une ligne en pointillées verte).

Excellents progrès de construction réalisés au niveau de l’usine de traitement par concentrateur de Kakula ; la première production est maintenant prévue en juillet 2021

La construction de la première phase de l’usine de traitement par concentrateur de 3,8 millions de tonnes par an de Kamoa-Kakula progresse bien et l’avancement était d’environ 28 % à la fin septembre 2020. Les éléments mécaniques de l’usine de traitement par concentrateur devraient être terminés au cours du T2 de 2021. La première production de concentré de cuivre est planifiée en juillet 2021. Les équipes du projet et de la construction ont systématiquement respecté les dates des étapes importantes malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19 et permettent ainsi à Kamoa-Kakula de procéder à une mise en service précoce par rapport à la date prévue en 2021.

Les gros œuvres de la première usine de traitement par concentrateur sont maintenant presque terminés, avec environ 26 000 m³ de béton coulé à ce jour. Les principales zones de construction seront affectées sous peu à l’entrepreneur de construction spécialisé dans les structures, la mécanique, les canalisations et la tôlerie (Steel, Mechanical, Piping and Platework, SMPP).

Les derniers équipements majeurs, deux transformateurs électriques de 80 MVA/220 kV, devraient arriver sur le site début novembre 2020. La construction des différentes sous-stations électriques progresse bien.

La fabrication de l’acier de construction et de la tôlerie pour l’usine de traitement par concentrateur est terminée, le gros du matériel étant déjà livré sur le site. Les travaux de pose de la tuyauterie progressent conformément au calendrier prévu, avec environ 60 km (sur un total de 83 km) de tuyauterie déjà livrés fin octobre 2020. Des travaux électriques, des travaux de contrôle et d’instrumentation (EC et I) limités ont débuté avec l’installation des racks de câbles.

Fin octobre 2020, plus de 2 000 tonnes d’acier (sur un total de 5 700 tommes) avaient été installées. Les principales zones de travaux sont les portiques de convoyage, le bâtiment du broyeur, l’entrepôt des réactifs, la zone de flottation et l’entrepôt des concentrés. La construction des étages, de l’atelier et des conduites d’eau de l’usine a commencé.

Les deux broyeurs à boulets pour l’usine de traitement par concentrateur avec une capacité initiale de 3,8 millions de tonnes par an, avec un des moteurs d’entraînement de 7 mégawatts à vitesse variable (en bleu), fabriqués par WEG Industries au Brésil et le stock de cylindres de broyage haute pression en cours de construction à l’arrière-plan.

Illustration 3D de la zone de flottation de l’usine de traitement par concentrateur de 3,8 millions de tonnes par an avec la seconde usine de traitement par concentrateur de 3,8 millions de tonnes par an récemment démarrée représentée en magenta. L’image de comparaison ci-dessous montre les progrès réalisés jusqu’à présent.

Illustration en 3D des broyeurs à boulets finis (illustrés en vert), avec les deux prochains broyeurs à boulets pour la seconde usine de traitement par concentrateur en magenta. L’image de comparaison ci-dessous montre les progrès importants réalisés jusqu’à présent. La première phase (en vert foncé) et la seconde phase (en magenta) des bâtiments des cylindres de broyage haute pression sont représentées dans le cercle rouge.

L’ingénierie, l’approvisionnement et la construction des autres infrastructures de surface avancent rapidement

L’avancement global de la première phase des opérations d’exploitation minière et de broyage de 3,8 millions de tonnes par an (couvrant l’infrastructure de la mine, l’usine de traitement par concentrateur et l’infrastructure de surface) était d’environ 58 % à la fin de septembre 2020.

L’entreprise CITIC Construction, basée à Pékin, réalise la première phase de l’usine de remblai en pâte cimenté de Kakula. L’usine de remblai cimenté sera utilisée pour mélanger les résidus de l’usine de traitement par concentrateur avec du ciment afin de produire un remblai cimenté en pâte. Le remblai cimenté sera réinjecté dans la mine et utilisé pour contribuer au soutènement des mines en fin de vie. Environ la moitié des résidus de la mine seront renvoyés sous terre, ce qui réduira considérablement leur volume de stockage en surface. Les travaux de gros œuvre de l’usine de remblai cimenté sont bien avancés et le montage des structures en acier a commencé.

La construction du barrage de résidus progresse bien. L’objectif est d’achever la plupart des travaux de terrassement avant le début de la saison des pluies qui devrait débuter en novembre 2020. L’installation des trois conduites de résidus et des conduites de retour d’eau a bien avancé.

Tous les éléments mécaniques à longue portée ont maintenant été livrés sur le site, à l’exception des principaux transformateurs de 220 kV, qui ont été déchargés au port et sont actuellement transportés par la route vers le site.

Le mur en gabions pour le système de terril avec récupération du vrac en surface qui est situé près de la pente nord principale de Kakula a été construit et la préparation pour le gros œuvre requis en haut du mur a démarré. Le système de terril avec récupération du vrac sera utilisé pour alimenter le minerai des stocks de surface de Kakula (et du minerai de la mine de Kansoko lorsque les opérations de phase deux commencent) au circuit de traitement.

Minerai de cuivre à haute teneur livré à la surface par le système de convoyage souterrain devant le mur en gabions pour le système de terril avec récupération du vrac.

Le développement souterrain est d’environ 7 km en avance par rapport aux prévisions à la fin de septembre 2020

Un total de 22,6 km de développement souterrain avait été achevé à la fin de septembre 2020, soit 7 km en avance sur le calendrier. Un record de 2,172 km de développement a été atteint par la suite en octobre 2020, ce qui augmente davantage le développement souterrain à plus de 24,7 kilomètres, ce qui équivaut à 7,9 kilomètres par rapport aux prévisions.  

Il y a actuellement dix équipes minières (trois équipes propriétaires et sept équipes contractuelles) à Kakula et une équipe minière à Kansoko. Le projet continuera d’ajouter des équipes supplémentaires afin d’accélérer davantage le développement.

Dans les tunnels d’accès sud de Kakula, des recoupes mineures à travers les failles de croissance ont été observées, mais des ajustements de l’exploitation minière ont permis aux tunnels de suivre les inclinaisons plus raides de la minéralisation à travers les failles. Dans les tunnels d’accès nord de Kakula, une faille de croissance plus large a été observée là où la minéralisation du côté sud de la faille présente des failles (avec des recoupes variables). Une pente en spirale a été développée pour s’adapter aux recoupes et rétablir l’exploitation minière sur la minéralisation.

À Kakula, les deux tunnels d’accès principaux (galeries), développés depuis la pente sud, et les tunnels d’accès en spirale, développés depuis la pente nord, ont récemment accédé à la zone à haute teneur située près du centre du gisement, avec une teneur de cuivre d’environ +8 %. Les principaux tunnels d’accès entre les pentes nord et sud de la mine de Kakula sont à moins de 100 mètres d’être reliés (par havage) à la zone à haute teneur du gisement. Le trou de forage augmentera considérablement la ventilation au centre du corps minéralisé, ce qui permettra à des équipes minières supplémentaires de démarrer des opérations minières hautement productives dans les zones à haute teneur en minerai de Kakula.

Chamec Kasatuka Mpungwe utilisant un équipement minier semi-autonome à la mine de Kansoko. Kamoa-Kakula forme une nouvelle génération de jeune Congolais et Congolaises pour exploiter en toute sécurité les équipements mécanisés modernes dans les mines de cuivre souterraines d’envergure mondiale construites à Kamoa-Kakula.

Le mineur, Freddy Muba, tient un morceau de minerai riche en chalcocite à très haute teneur à la mine de Kakula. La forte concentration de minerai de chalcocite de Kakula (qui contient près de 80 % de cuivre en poids) explique la teneur d’alimentation moyenne estimée à 6,6 % de cuivre au cours des cinq premières années d’exploitation et de 5,2 % de cuivre en moyenne sur une durée de vie de 21 ans.

En plus de creuser les principaux tunnels d’accès servant de connexion, les équipes minières souterraines de Kakula se concentrent sur les travaux de préparation pour développer les blocs d’exploitation minière à haute teneur avec percements et remblayages qui sont situés au centre du corps minéralisé. Le dégagement de la surface d’exploitation minière pour ces zones de percement et de remblayage à haute teneur implique des travaux de développement dans les zones de minerai à faible, moyenne et haute teneurs, et est conçu pour coïncider avec le démarrage de l’usine de traitement par concentrateur l’année prochaine. Cela permettra aux équipes minières de fournir des tonnages importants de minerai à haute teneur directement des travaux souterrains de Kakula à l’usine de traitement par concentrateur.

La deuxième trémie à minerai souterraine de Kakula (trémie de la pointe ouest) est en train d’être mise en service. L’installation du deuxième puits de ventilation de Kakula progresse bien. Le premier des trois ventilateurs de grande capacité a été installé par l’entrepreneur de construction.

Le développement souterrain de la mine Kansoko se fait actuellement dans des zones de minerai à faible et moyenne teneur, avec une teneur en cuivre d’environ 3 %. En octobre, le développement de la mine a mis en évidence le premier gisement de siltite, indiquant une transition vers du mineur de cuivre à plus haute teneur sur le site de Kansoko. La siltite est un type de roche qui joue un rôle important dans la minéralisation du cuivre à Kamoa-Kakula.

Un audit récent indépendant des mesures d’intensité de gaz à effet de serre de Kamoa-Kakula réalisé par Hatch Ltd. de Mississauga, au Canada, a confirmé que le projet sera parmi les émetteurs de gaz à effet de serre les plus faibles au monde par unité de cuivre produite.

Figure 3 : Développement souterrain réalisé à la mine de Kakula à la fin d’octobre (en noir) et l’emplacement où les tunnels d’accès nord et sud seront connectés. La majorité du développement en novembre sera dans la zone d’exploitation minière initiale à percement et remblayage dans la zone de cuivre à +8 % (en magenta).

Les stocks de minerai de préproduction contiennent désormais environ un million de tonnes avec une teneur de cuivre de 3,47 %

À la fin de septembre 2020, les stocks de minerai de pré-production à moyenne et à haute teneur combinés contenaient environ 540 000 tonnes avec une teneur de cuivre de 3,73 %, les stocks de minerai à moyenne et à haute teneur à Kakula Sud contenaient environ 168 000 tonnes avec une teneur de cuivre de 2,73 % et des stocks à Kansoko contenaient environ 95 000 tonnes avec une teneur de cuivre de 2,34 %.

En octobre, les équipes minières à Kakula et Kansoko ont extrait et transporté à la surface environ 194 000 tonnes de minerai avec une teneur de cuivre de 4,01 %. Cela élève la quantité totale de stocks de minerais de préproduction à haute et moyenne teneur à environ 1 000 000 de tonnes, avec une teneur en cuivre estimée de 3,47 %. 622 000 tonnes supplémentaires de minerai de développement à faible teneur ont été également entreposées en surface.

Le minerai extrait de la partie nord de la mine de Kakula est transporté jusqu’à la surface à l’aide du système de convoyage et placé sur un stock de minerai en surface mixte qui contient environ 639 000 tonnes dont la teneur en cuivre est estimée à 3,71 % à la fin de octobre 2020.

Des stocks de minerai de pré-production supplémentaires sont situés au niveau de la pente de Kakula (environ 67 000 tonnes de minerai, avec une haute teneur de cuivre de 5,05 % et 171 000 tonnes de minerai à moyenne teneur, avec une teneur de 2,62 % de cuivre) et de la pente de Kansoko (environ 120 000 tonnes, avec une teneur de cuivre de 2,53 %).

Le projet est bien placé pour connaître une accélération importante du tonnage, ainsi qu’une augmentation marquée de la teneur de minerai ajouté aux stocks de surface, alors que d’autres équipes minières commenceront bientôt à travailler dans les zones à plus haute teneur des mines de Kakula et Kansoko.

Le minerai de cuivre à haute teneur de Kakula transporté à la surface sur le système de convoyage souterrain.

Tableau 1 : Tonnage et teneur cumulatifs des stocks de minerai de pré-production aux mines de Kakula and Kansoko de mai 2020 à octobre 2020.

Tableau 2 : Croissance du cuivre contenu dans les stocks de minerai de pré-production aux mines de Kakula and Kansoko de mai 2020 à octobre 2020.

Discussions en cours pour la commercialisation des concentrés de cuivre de Kakula

Kamoa-Kakula fait l’objet de discussions détaillées avec plusieurs parties concernant la commercialisation et la fonte de ses concentrés de cuivre. Kakula devrait produire un concentré de cuivre propre et à très haute teneur (contenant plus de 55 % de cuivre) qui sera très prisé des fonderies de cuivre dans le monde entier. Les travaux d’essai métallurgiques indiquent que les concentrés de Kakula contiennent des niveaux extrêmement faibles d’arsenic, conformément aux normes internationales, soit 0,01 % environ.

Kamoa-Kakula devrait être connecté au réseau d’électricité national en décembre, fournissant de l’hydroélectricité propre et renouvelable de 220 kV

La mine est alimentée en énergie hydroélectrique pour la ligne aérienne de Kamoa de 120 kilovolts via la sous-station mobile de 18 MW, qui est connectée au réseau national. La sous-station mobile a récemment été déplacée de la mine de Kansoko à la mine de Kakula pour augmenter la capacité de transmission vers Kakula. La construction de la ligne électrique aérienne permanente de 220 kV, du poste de commutation électrique (poste NRO) et du poste de raccordement de Kamoa est en cours. En décembre 2020, Kamoa-Kakula devrait raccorder la ligne électrique de 220 kV et 35 kilomètres reliant la sous-station Western Dispatch (Expédition de l’ouest) située à Kolwezi à Kamoa-Kakula et fournir au projet de l’énergie hydroélectrique propre et durable depuis le réseau d’électricité national.

Tresor Kalenga Musoya (en haut), Liang Yang (au milieu) et Chanzhong Yang (en bas) installant les conducteurs à haute-tension pour la nouvelle ligne électrique de 35 kilomètres qui transportera de l’hydroélectricité haute tension (220 kV) du réseau national à Kamoa-Kakula.

Les travaux de modernisation en cours permettent à la centrale hydroélectrique de Mwadingusha de fournir une électricité propre et durable

Les travaux de modernisation de la centrale hydroélectrique de Mwadingusha de 72 MW sont presque terminés et l’électricité produite par les six turbines de Mwadingusha devrait être intégrée dans le réseau d’électricité national au cours du premier trimestre de 2021. Les deux principales tâches restantes sont l’installation finale des turbines et l’achèvement du remplacement de la conduite forcée.

Les travaux sont actuellement réalisés par la société d’ingénierie Stucky de Lausanne, en Suisse, sous la direction d’Ivanhoe Mines et de Zijin Mining, en collaboration avec le fournisseur public d’électricité de la RDC, la Société nationale d’électricité (SNEL).

Vue aérienne du barrage et de l’évacuateur de Mwadingusha. La modernisation de l’installation de production hydraulique de Mwadingusha, en collaboration avec la Société Nationale d’Electricité (SNEL), est une étape importante pour parvenir à l’objectif de Kamoa-Kakula, qui est de produire le cuivre le plus écologique au monde.

Les partenaires de Kamoa-Kakula accélèrent les plans d’expansion et font avancer la production de cuivre de phase 2

En septembre 2020, Kamoa-Kakula a procédé aux commandes des équipements nécessitant un long délai d’approvisionnement pour le deuxième module de concentrateur de 3,8 millions de tonnes par an à la mine de Kakula, ce qui doublera la capacité de traitement de 3,8 à 7,6 millions de tonnes par an. La passation des commandes plus tôt que prévu pour les équipements nécessitant un long délai d’approvisionnement du concentrateur devrait accélérer l’achèvement de l’expansion du broyeur de phase 2 du premier trimestre de 2023 au deuxième trimestre de 2022.

Afin d’avancer l’expansion de l’usine de traitement par concentrateur de Kakula, la coentreprise de Kamoa-Kaula commandera les articles avec un long délai d’approvisionnement avec une valeur de l’engagement totale d’environ 100 millions $ en 2020, dont environ 25 millions $ devraient être dépensés cette année. Les demandes d’appels d’offres pour la seconde phase des travaux de terrassement et du gros œuvre ont également été lancées.

Enrichissement des communautés via le développement durable

Le programme des moyens de subsistance durables a été lancé en 2010 dans le but de renforcer la sécurité alimentaire et les capacités agricoles des communautés hôtes près de Kamoa-Kakula par la création d’un jardin de formation agricole et le soutien aux agriculteurs au niveau communautaire. Aujourd’hui, environ 350 agriculteurs locaux bénéficient du programme des moyens de subsistance durables, en produisant des aliments de haute qualité pour leurs familles et en vendant le surplus pour obtenir un revenu supplémentaire. Alors de Kamoa se prépare à franchir la prochaine étape du Livelihood Program (Programme de promotion des moyens de subsistance durables), une école d’agronomie, qui proposera des programmes de formation aux fermiers locaux et servira de centre de recherche, est en cours de construction. D’autres activités non liées à l’agriculture pour 2020 comprennent des programmes d’éducation et d’alphabétisation, la poursuite d’un programme communautaire de fabrication de briques, et l’approvisionnement en eau douce d’un certain nombre de collectivités locales au moyen de forages alimentés à l’énergie solaire. En 2020, 18 forages supplémentaires ont été réalisés dans les communautés, en faisant appel aux entrepreneurs de construction locaux. Une clinique, une école et des installations pour un programme de couture sont également en cours de construction.

Kamoa-Kakula a réalisé un certain nombre d’interventions dans le cadre de la sensibilisation et de la prévention de la COVID-19. Elles incluent le don de kits de tests rapides, de masques et d’équipements de lavage des mains aux communautés locales.

La construction de maisons de réinstallation pour la deuxième phase du programme de relocalisation a continué cette année avec la relocalisation de 19 familles. Dans le cadre de la troisième phase de relocations, 14 familles ont été relocalisées pendant l’année. L’enquête pour Kakula Nord a été réalisée et la totalité des indemnisations pour les cultures a été versée, avec seulement six structures temporaires construites. Toute la zone d’exploitation minière de Kakula, y compris la digue de résidus, sera sécurisée une fois que ces phases de relocalisation seront terminées.

Dr. Guy Muswil, directeur du développement durable de Kamoa Copper (à gauche), avec les fermiers locaux présentant leurs choux dans un des jardins communautaires du projet.

Nickson Nyundo, membre de l’équipe d’aménagement paysager de Kamoa Copper, plantant de l’herbe au bureau de la mine de Kakula.

Membres de l’équipe de cuisine à Kakula préparant des fruits et des légumes frais, le tout étant cultivé dans des jardins communautaires locaux, puis vendus au projet Kamoa-Kakula. Un autre exemple du Sustainable Livelihoods Program (Programme des moyens de subsistance durables) de Kamoa-Kakula pour soutenir la diversification économique dans les communautés voisines.

2. Platreef Project
Détenu à 64 % par Ivanhoe Mines
Afrique du Sud

Le projet Platreef appartient à Ivanplats (Pty) Ltd, détenue à 64 % par Ivanhoe Mines. Une participation de 26 % est détenue par les partenaires d’Ivanplats engagés dans un processus d’autonomisation économique généralisé des populations noires historiquement désavantagées (Black Economic Empowerment, B-BBEE). Parmi ces partenaires figurent 20 communautés hôtes avec environ 150 000 personnes, des employés de projet et des entrepreneurs locaux. Ivanplats a atteint le statut de contributeur de niveau 4 sur la fiche d’évaluation B-BBEE (autonomisation économique des populations noires) lors de la dernière vérification. Un consortium japonais composé d’ITOCHU Corporation, de la Société nationale japonaise du pétrole, la Gas and Metals National Corporation et la Japan Gas Corporation, détient une participation de 10 % dans Ivanplats, acquise en deux tranches pour un investissement total de 290 millions $.

Le Platreef Project héberge un gisement souterrain de minéralisation épaisse de métaux du groupe platine, de nickel, de cuivre et d’or, situé dans la section nord (Northern Limb) du complexe ligneux de Bushveld dans la province du Limpopo, à environ 280 kilomètres au nord-est de Johannesburg et à huit kilomètres de la ville de Mokopane.

Sur la section nord, la minéralisation en métaux du groupe platine est principalement encaissée dans le Platreef, une séquence minéralisée suivie sur une longueur longitudinale de plus de 30 kilomètres. Le projet Platreef d'Ivanhoe, situé dans le secteur sud du Platreef, comprend deux propriétés contiguës : Turfspruit et Macalacaskop. Turfspruit, la propriété la plus au nord, est contiguë au groupe d’opérations et de propriétés minières d’Anglo Platinum situé à Mogalakwena.

Depuis 2007, Ivanhoe concentre ses activités d’exploration et de développement sur la définition et la progression de l’extension en aval-pendage de sa découverte initiale de Platreef, désormais connue sous le nom de gisement Flatreef, qui peut être exploitée selon des méthodes d’exploitation souterraine hautement mécanisées. La zone du Flatreef repose entièrement sur les propriétés Turfspruit et Macalacaskop, qui font partie du droit minier de la société.

Santé et sécurité à Platreef

Ivanhoe Mines a le regret de signaler qu’un accident mortel s’est produit au niveau du Platreef Project le 14 septembre 2020. L’accident s’est produit au niveau du puits 1, lorsque le câble retenant une benne a été cisaillé au niveau du chevalement-châssis du puits, ce qui a entraîné sa chute dans le puits 1. Elle a heurté le côté nord de la plate-forme de travail (étage), où quatre employés effectuaient des opérations courantes de pompage d’eau.

L’un des employés a été secouru et extrait du sous-sol, puis transporté par avion vers un hôpital de Johannesburg. Il a ensuite quitté l’hôpital et il devrait se rétablir complètement. Malheureusement, les trois autres mineurs ont succombé à leurs blessures.

L’enquête formelle par le Ministère des ressources minérales et de l’énergie est toujours en cours mais les conclusions préliminaires sont que cet accident tragique a été causé par la défaillance d’un dispositif électronique. D’éminents spécialistes du secteur aident également l’équipe d’Ivanplats à déterminer les causes possibles de cet accident. L’équipe d’Ivanplats est en train d’évaluer l’étendue des dommages et les travaux nécessaires pour que le puits puisse reprendre son fonctionnement normal en toute sécurité.

Étude de faisabilité définitive indépendante positive 2017 : il est estimé que Platreef deviendra le producteur de métaux du groupe platine le plus économique d’Afrique

En juillet 2017, Ivanhoe Mines a annoncé les résultats d'une étude de faisabilité indépendante et définitive (DFS) pour la première phase prévue de la mine de palladium-platine-nickel-cuivre-or-rhodium du projet Platreef en Afrique du Sud.

L’étude de faisabilité définitive (DFS) a couvert la première phase du développement de 4 millions de tonnes par an qui inclut la construction d’une mine souterraine à la pointe de la technologie, d’un concentrateur et autres infrastructures associées pour soutenir la production de concentrés initiale. Une fois la phase 1 développée et mise en service, nous aurons l’opportunité d’affiner la chronologie et la portée des prochaines phases de production.

Plan de développement progressif de Platreef et mise à jour de l’étude de faisabilité définitive (DFS) 2017

Ivanhoe examine actuellement un plan de développement progressif pour le Platreef Project. Ce plan consiste à utiliser un capital initial grandement réduit pour accélérer le début de la production en utilisant le puits no 1 comme puits de production initial. Ce plan visera initialement à développer les zones d’exploitation minière accessibles depuis le puits 1 et à maximiser la capacité de levage de ce puits, puis à augmenter le taux de production, comme indiqué dans l’étude de faisabilité définitive (DFS) de 2017.

Parallèlement, Ivanhoe met à jour l’étude de faisabilité définitive de Platreef Project pour prendre en considération les progrès de développement depuis 2017, date à laquelle l’étude a été finalisée, les coûts mis à jour, les prix du métal et les hypothèses de taux de change actualisés. Cette mise à jour, ainsi que l’étude sur le plan de développement progressif, sont presque terminés et devraient être publiés mi-novembre 2020.

Le puits 1 a été achevé avec succès et atteint la profondeur finale de 996 mètres

Au cours du troisième trimestre 2018, le puits 1 a atteint la partie supérieure du gisement à haute teneur de Flatreef (zone minéralisée T1) à une profondeur de 780,2 m et a depuis été prolongé jusqu’à sa profondeur finale de 996 m sous la surface. L’épaisseur du récif minéralisé (zones minéralisées T1 et T2) au Shaft 1 est de 29 mètres, avec des teneurs en métaux du groupe du platine allant jusqu’à 11 grammes par tonne (g/t) de 3PE (platine, palladium et rhodium) et de l’or ainsi que des quantités importantes de nickel et de cuivre. L'interception de 29 mètres a produit environ 3 000 tonnes de minerai, qui contiendrait plus de 400 onces (~12 kg) de métaux du groupe du platine. Le minerai est stocké en surface pour un nouvel échantillonnage métallurgique.

Les stations à 750, 850 et 950 mètres sont terminées. Les trois stations de développement fourniront un accès initial souterrain au corps minéralisé à haute teneur. Les conceptions détaillées relatives au réaménagement du puits 1 ont été réalisées et permettront de configurer le puits 1 pour le levage permanent des roches. La construction du réaménagement a été retardée suite à l’accident 14 septembre 2020 et l’équipe d’Ivanplats est en train d’évaluer les travaux nécessaires pour que le puits puisse reprendre son fonctionnement normal en toute sécurité. Ivanhoe envisage un séquençage alternatif de la construction pour possiblement accélérer le processus de construction du réaménagement.

L’exploitation minière souterraine doit incorporer des méthodes mécanisées hautement productives

Les zones minières du plan actuel de la mine du Platreef se situent à des profondeurs allant d’environ 700 mètres à 1 200 mètres sous la surface. Une fois terminé, le puits 2 fournira l’accès principal aux zones d’exploitation minière. L’accès secondaire se fera par le puits 1. Pendant la production, les deux puits devraient également servir d’entrées de ventilation d’apport. Trois cheminées de ventilation supplémentaires sont prévues pour atteindre une production stable.

Les méthodes d’exploitation planifiées emploieront des méthodes mécanisées très productives, notamment l’exploitation par gradins de trous longs et le percement et remblayage de galeries. Chaque méthode utilisera un remblai cimenté pour une extraction maximale du minerai. Le minerai sera transporté des chantiers vers une série de passages de minerai internes et acheminé au fond du puits 2, où il sera concassé et remonté à la surface.

Développement des ressources humaines et des compétences professionnelles

La consultation concernant le deuxième plan communautaire et de main-d’œuvre de Platreef Project se trouve dans sa phase finale. Dans ce second SLP (plan communautaire et de main-d’œuvre), Ivanplats envisage de poursuivre sur les bases mises en place dans le premier et développer son offre de formation et de développement, qui comprend : 15 nouveaux tuteurs, une formation professionnelle interne pour 78 membres du personnel, un programme de préparation des employés qui partent à la retraite afin qu’ils acquièrent des compétences nouvelles/autres, une formation communautaire à l’éducation des adultes pour les membres de nos communautés hôtes, une formation aux compétences techniques de base pour au moins 100 membres de la communauté (des compétences transférables), etc.

Les projets de développement économique local contribueront à la création de sources d’eau communautaires grâce au programme de forages de la municipalité de Mogalakwena, à un programme éducatif en partenariat avec le Ministère de l’Éducation et à un financement substantiel des infrastructures sanitaires de la municipalité.

Les engagements des entreprises et des fournisseurs en matière de développement comprennent l’extension du comptoir et des installations de blanchisserie existants, ainsi que l’ajout de vestiaires supplémentaires gérés par un partenaire communautaire à l’avenir. Un projet quinquennal intégré d’accélération et de financement des entreprises aidera les membres de la communauté intéressés à obtenir de l’aide pour le développement et la préparation des fournisseurs.

Le Platreef Project a continué à soutenir un certain nombre de programmes éducatifs, notamment un projet d’apprentissage en ligne et l’entretien des laboratoires de science et d’informatique, ainsi que la fourniture de Wi-Fi gratuit dans les communautés hôtes. Dans le cadre de l’agenda de décarbonisation, le Platreef Project a planté 25 arbres dans deux écoles locales au sein des communautés voisines du projet.

Coupe schématique de la mine Platreef, montrant les zones minéralisées à haute teneur (rouge et orange foncé) T1 et T2, les travaux d’aménagement souterrains achevés à ce jour dans les puits 1 et 2 (en blanc), et les travaux d’aménagement prévus (en gris) de Flatreef.

3. Kipushi Project
Détenu à 68 % par Ivanhoe Mines
République Démocratique du Congo

La mine de cuivre-zinc-germanium-argent-plomb de Kipushi (RDC) est adjacente à la ville de Kipushi et à environ 30 km au sud-ouest de Lubumbashi. Il est situé sur la ceinture de cuivre d'Afrique centrale, à environ 250 kilomètres au sud-est du projet Kamoa-Kakula et à moins d’un kilomètre de la frontière zambienne. Ivanhoe a acquis une participation de 68 % dans le capital du projet Kipushi en novembre 2011, les 32 % restants sont détenus par Gécamines, la société minière publique détenue par l’État.

Dans le cadre des mesures de réduction des coûts au sein de la société annoncées le 27 avril 2020, le Conseil d’administration d’Ivanhoe a alloué au Kipushi Project un budget total revu à la baisse de 28,7 millions $ pour 2020, dont 8 millions $ pour le reste de l’année.

Santé, sécurité et développement communautaire

Fin septembre 2020, le Kipushi Project a atteint un total de 2 677 310 heures de travail sans blessure entraînant une perte de temps. Presque deux ans se sont écoulés depuis la dernière blessure ayant entraîné une perte de temps au sein du Kipushi Project.

En réponse aux restrictions de voyage imposées par le gouvernement et à l’introduction de protocoles d’urgence dans le monde entier pour lutter contre la pandémie COVID-19, Kipushi a suspendu provisoirement ses exploitations minières pour réduire le risque posé à la main-d’œuvre et aux communautés locales. Une équipe réduite y est maintenue pour effectuer les travaux d’entretien et assurer la continuité des opérations de pompage.

Le projet Kipushi exploite une station d’eau potable pour approvisionner la municipalité de Kipushi en eau. Cela inclut l’alimentation électrique, les produits chimiques désinfectants, l’entretien courant, la sécurité et les réparations d’urgence des fuites au niveau du réseau de distribution primaire. En 2020, deux forages alimentés à l’énergie solaire ont été construits, fournissant ainsi de l’eau potable propre à deux communautés hôtes supplémentaires près de Kipushi. 

Parmi les autres projets de développement communautaire, citons le don de 5 000 masques faciaux N95 aux communautés hôtes, le don de thermomètres infrarouges supplémentaires pour la gestion des zones de sécurité sanitaire et le parrainage d’une campagne de sensibilisation à la COVID-19 diffusée à la radio locale. Des mesures de sensibilisation supplémentaires à la COVID-19 incluent des panneaux érigés dans la ville et une caravane motorisée qui passe dans les communautés trois fois par semaine. Le projet de centre de formation à la couture produit des masques en tissu et fait des dons de 2 000 masques chaque mois aux communautés hôtes.

Louis Watum (à droite), directeur général de Kipushi Corporation, faisant don d’une boîte de tests d’antigènes de la COVID-19 à Kiki Mushota (à gauche), l’administrateur du secteur de la santé du territoire de Kipushi.

Kyungu Kabulo, assistant en instrumentation (à gauche) et Junior Kisula Ngoy, ingénieur en instrumentation (à droite), installant des sondes et un disque d’équilibrage sur une pompe grifo à la station de pompage de 1 200 mètres de Kipushi.

Étude de faisabilité définitive en phase finale d'achèvement

L’étude de préfaisabilité (PFS) du Kipushi Project, annoncée par Ivanhoe Mines le 13 décembre 2017, prévoyait une production annuelle moyenne de 381 000 tonnes de concentré de zinc sur une durée de vie initiale de la mine de 11 ans, à un coût déboursé total d’environ 0,48 $ la livre (lb.) de zinc.

Les points saillants de l’étude de préfaisabilité, basée sur un cours du zinc à long terme de 1,10 $/lb., comprennent ce qui suit :

  • Valeur actualisée nette après impôt (VAN) à un taux d’actualisation réel de 8 % à 683 millions de dollars.
  • Taux de rendement interne réel après impôt (TRI) de 35,3 %.
  • Délai d’amortissement du projet après impôt de 2,2 ans.
  • Coûts en capital de pré-production, y compris les imprévus, s’élevant à 337 millions USD.
  • Les infrastructures de surface et souterraines existantes engagent des coûts en capital considérablement inférieurs à ceux des nouveaux projets de développement comparables.
  • La production moyenne prévue de concentré de zinc sur la durée de vie de la mine, soit 381 000 tonnes sèches par an, avec une teneur en concentré de 59 % de zinc, devrait positionner Kipushi, une fois en production, parmi les plus grandes mines de zinc du monde.

Tous les chiffres se basent sur un projet à 100 % sauf autrement mentionné. Le coût déboursé moyen estimé pour la durée de vie de la mine de 0,48 $/livre de zinc devrait classer Kipushi, une fois en production, dans le quartile inférieur de la courbe des coûts déboursés des producteurs de zinc à l’échelle internationale.

L’étude de faisabilité définitive (DFS) du projet Kipushi est presque terminée. Certains aspects conceptuels sont passés à la phase technique détaillée.

Les mineurs Kyungu (à gauche) et Mpoyo (à droite) effectuant des procédures de sécurité habituelles sur le niveau de 650 mètres de Kipushi.

Développement de projet et infrastructure

Bien que les activités de développement et de réhabilitation aient été limitées au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020, des progrès importants ont été réalisés dans les dernières années pour moderniser l’infrastructure souterraine de la mine Kipushi dans le cadre des préparatifs en vue de la reprise de la production commerciale de la mine, notamment la modernisation d’une série de puits de mine verticaux à différentes profondeurs, avec les chevalements associés, ainsi que des excavations et infrastructures souterraines. Une série de coupes transversales et d'infrastructures de ventilation est toujours en état de fonctionnement et a été débarrassée des vieux matériels et équipements afin de faciliter une exploitation minière moderne et mécanisée. L’infrastructure souterraine comprend également une série de pompes à haut débit pour gérer les niveaux d’eau de la mine. La maintenance de ces pompes au fond de la mine est désormais facilitée.

Le puits 5 a un diamètre de 8 mètres et une profondeur de 1 240 mètres. Il a été modernisé en vue d’une remise en service. Le principal personnel et la machine d’extraction ont été mis à niveau et modernisés pour répondre aux normes de l'industrie et aux critères de sécurité internationaux. La machine d’extraction pour le levage de roches du puits 5 est pleinement opérationnelle avec de nouveaux skips à roches, de nouveaux câbles de tête et de queue, ainsi que des accessoires. Les deux convoyeurs de roche nouvellement construits (skips) et les cadres de soutien (brides) ont été installés dans le puits afin de faciliter le levage de la roche du silo principal de minerai et des silos de stockage de déchets alimentant la roche au niveau de 1 200 mètres.

La voie de transport principale au niveau de 1 150 mètres entre le déclin d’accès de Big Zinc et les installations de déchargement de roche du Shaft 5 a été recouverte de béton afin que la mine puisse désormais utiliser des machines mobiles modernes et sans chenaux. Un nouveau bac de basculement de camion, qui alimente le broyeur de roche de grande capacité situé directement en dessous, a été installé à ce niveau. L’ancienne machine d’extraction du Shaft P2 a été retirée et la construction de la nouvelle fondation, ainsi que le montage et l’installation de la nouvelle machine d’extraction moderne, ont été achevés et entièrement mis en service après avoir passé avec succès les inspections de sécurité et les essais.

Samuel Ndembo (à gauche) et Mbiya Africa (à droite) mesurent le débit d’air dans la sous-station électrique de Kipushi, à 850 mètres de profondeur.

4. Projet d’exploration de Western Foreland (RDC)
Détenu à 100 % par Ivanhoe Mines
République Démocratique du Congo

Le groupe d’exploration d’Ivanhoe en RDC cible la minéralisation de cuivre de type Kamoa-Kakula au moyen d’un programme de prospection et de forage régional sur ses permis d’exploration de Western Foreland (détenus à 100 % par Ivanhoe Mines) situés au nord, au sud et à l’ouest du projet Kamoa-Kakula. Les activités du projet d’exploration de Western Foreland en RDC poursuivront leur cours avec un budget de 8 millions $ pour 2020, dont 3 millions $ alloués pour le reste de l’année.

Le forage a recommencé au cours du troisième trimestre de 2020, avec un total de sept nouveaux trous de forage réalisés sur le site de Makoko et un huitième trou de forage qui a été approfondi. Le forage avait pour objectif de confirmer la prolongation de la stratigraphie inférieure prospective de Nguba vers l’ouest vers de nouveaux permis d’exploration. Un total de 2 589 mètres a été foré au cours du trimestre. De plus, l’exploration a continué sur les permis d’exploration de Western Foreland avec des procédures strictes en place pour protéger les employés et les entrepreneurs de forage contre la COVID-19.

L’équipe d’exploration a réalisé l’exploration sur huit nouveaux permis d’exploration dans la région de Western Foreland. Le travail d’exploration ainsi que le forage ont inclus l’échantillonnage des sédiments fluviatiles, l’échantillonnage du sol ainsi que la cartographie des affleurements et des flux. Au total, 181 échantillons de sédiments fluviatiles et 1 249 échantillons de sol ont été recueillis et traités à des fins d’analyse. L’objectif de la saison d’exploitation actuelle est d’augmenter les connaissances géologiques pour les nouveaux permis, ainsi que de produire des objectifs pour l’exploration et le forage futurs. La carotte de forage est en cours de traitement à des fins d’analyse et des tests détaillés des propriétés physiques de la roche sont également effectués pour augmenter les connaissances géologiques, ainsi que la possibilité d’utiliser les données pour des tests et des analyses géophysiques futurs à plus grande échelle.

L’organisation logistique et la mobilisation ont commencé pour le levé magnétique et radiométrique à haute résolution planifié, alors que la planification d’un levé gravimétrique aérien est en cours. Les deux levés géophysiques devraient commencer au T4 2020. Ces travaux visent à comprendre les caractéristiques magnétiques de différentes lithologies et stratigraphies sur l’ensemble de la zone d’exploration.

La dépollution des routes a commencé au cours du T3 2020 afin d’élargir les opportunités d’exploration actuelles de la zone de Makoko. Le travail planifié pour le T4 2020 inclut la construction d’un pont pour accéder à certains des permis nouvellement acquis à l’extrémité de la route de Makoko, ainsi que certaines modernisations de routes.

INFORMATIONS FINANCIÈRES TRIMESTRIELLES SÉLECTIONNÉES

Le tableau suivant résume un choix d’informations financières pour les huit trimestres précédents. Ivanhoe n’a généré aucun revenu d’exploitation au cours d’une quelconque période de référence financière et n’a déclaré ni versé de dividende ni de distribution au cours d’une quelconque période donnée.

DISCUSSION DES RÉSULTATS DES OPÉRATIONS

Passage en revue des trois mois clos 30 septembre 2020 par rapport au 30 septembre 2019

La société a enregistré une perte globale totale de 1,0 million $ au troisième trimestre 2020, comparativement à une perte de 16,8 millions $ pour la même période en 2019. La majeure partie des pertes enregistrées au T3 2019 est principalement imputable à une perte de change de 17,7 millions $ liée à la conversion des devises, du fait de l’affaiblissement du rand sud-africain de 7 % entre le 30 juin 2019 et le 30 septembre 2019. La société a comptabilisé un gain de change de 4,3 millions $ sur la conversion des activités à l’étranger au T3 2020.

Les produits financiers pour le T3 2020 se chiffraient à 20,2 millions $, soit 1,3 millions $ de plus que pour la même période en 2019 (18,9 millions $). Les produits financiers comprennent les intérêts des prêts accordés à la coentreprise Kamoa Holding pour financer les activités qui se sont élevés à 18,0 millions $ au T3 2020 et 13,8 millions $ pour la même période en 2019, les intérêts ayant augmenté en fonction du solde cumulé des prêts. Les intérêts perçus sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie ont diminué compte tenu de la baisse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine.

Les dépenses en capital après imprévus en matière d’exploration et de projets se sont élevées à 10,0 millions $ au T3 2020 et à 3,3 millions $ pour la même période en 2019. Alors que toutes les dépenses en capital après imprévus engagées au T3 2019 en matière d’exploration et de projets étaient associées à l’exploitation des permis d’exploration Western Foreland détenus à 100 % par Ivanhoe, le T3 2020 comprenait aussi 7,7 millions $ consacrés au Kipushi Project, dont les coûts en capital engagés au cours du trimestre ont été limités en raison de la réduction des activités. Les principales catégories de dépenses en capital après imprévus pour le Kipushi Project, au T3 2020 et au T3 2019, sont définies dans le tableau suivant :

La quote-part de la société dans les pertes de la coentreprise Kamoa Holding est passée de 7,1 millions $ au T3 2019 à 7,3 millions $ au T3 2020. Le tableau suivant récapitule la part de la société dans les pertes de Kamoa Holding pour le trimestre clos le 30 septembre 2020 et pour la même période en 2019 :

Les charges financières dans la coentreprise Kamoa Holding se rapportent aux prêts aux actionnaires, chaque actionnaire étant tenu de financer Kamoa Holding pour un montant équivalent à sa participation proportionnelle. La société avance la part de Crystal River en son nom en contrepartie d’une augmentation du billet à ordre due à Ivanhoe.

Bilan de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 par rapport au 30 septembre 2019

La société a enregistré une perte globale totale de 77,3 millions $ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020, par rapport à une perte de 5,3 millions $ pour la même période en 2019. La perte globale pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 comprenait une perte de change sur les opérations étrangères de 49,6 millions $ en raison de l’affaiblissement du rand sud-africain de 22 % (de 31 décembre 2019 à 30 septembre 2020) par rapport à une perte de change de 11,9 millions $ sur les opérations étrangères constatées pour la même période en 2019.

Les produits financiers pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 se sont élevés à 59,7 millions $, soit 8,1 millions $ de plus que pour la même période en 2019 (51,6 millions $). Les produits financiers comprennent les intérêts des prêts accordés à la coentreprise Kamoa Holding pour financer les activités qui se sont élevés à 50,6 millions $ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 et 38,5 millions $ pour la même période en 2019, les intérêts ayant augmenté en fonction du solde cumulé des prêts. Les intérêts perçus sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 se sont élevés à 4,2 millions $ et ont été inférieurs de 5,4 millions $ à ceux de la même période en 2019 (9,6 millions $).

Les dépenses en capital après imprévus en matière d’exploration et de projets se sont élevées à 31,0 millions $ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 et à 8 millions $ pour la même période en 2019. Alors que toutes les dépenses en capital après imprévus engagées en 2019 en matière d’exploration et de projets étaient associées à l’exploitation des permis d’exploration Western Foreland détenus à 100 % par Ivanhoe, l’année 2020 comprenait aussi 25,3 millions $ dépensés au Kipushi Project, dont les activités ont été réduites et les coûts en capital engagés à ce jour sont limités.

Les principales catégories de dépenses en capital après imprévus du Kipushi Project pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 et pour la même période en 2019 sont définies dans le tableau suivant :

La quote-part de la société dans les pertes de la coentreprise Kamoa Holding est passée de 19,2 millions $ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2019 à 20,6 millions $ pour la même période en 2020. Le tableau suivant récapitule la quote-part de la société dans les pertes de Kamoa Holding pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020 et pour la même période en 2019 :

Situation financière au 30 septembre 2020 par rapport au 31 décembre 2019

Le total des actifs de la société a baissé de 69,2 millions $, passant de 2 444,7 millions $ au 31 décembre 2019 à 2 375,5 millions $ au 30 septembre 2020. La société a utilisé 47,3 millions $ de sa trésorerie pour ses activités et a perçu 4,2 millions $ d’intérêts sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020.

Les immobilisations corporelles ont baissé de 15,3 millions $, de 421,1 millions $ au 31 décembre 2019 à 405,8 millions $ au 30 septembre 2020. La baisse résulte des écarts de change des immobilisations corporelles des opérations non libellées en dollars, qui s’élèvent à 47,6 millions $, en raison de l’affaiblissement du rand sud-africain de 22 % de 31 décembre 2019 à 30 septembre 2020. 35,9 millions $ ont été dépensés au total en développement du projet et pour acquérir d’autres immobilisations corporelles, dont 34 millions $ affectés aux coûts de développement et à d’autres acquisitions de propriétés, installations et équipements dans le Platreef Project.

Les principales composantes des acquisitions de propriétés, installations et équipements (y compris les coûts de développement capitalisés) du Platreef Project pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020, et pour la même période en 2019, sont présentées dans le tableau suivant :

Les coûts encourus par le Platreef Project sont jugés nécessaires pour mettre les projets en production commerciale et sont donc capitalisés en immobilisations corporelles.

L’investissement de la société dans la coentreprise Kamoa Holding a augmenté de 267,4 millions $, passant de 912,6 millions $ au 31 décembre 2019 à 1 180,0 millions $ au 30 septembre 2020, chacun des actionnaires actuels finançant les opérations à hauteur de leur participation proportionnelle. La tranche des appels en espèces de la coentreprise Kamoa Holding s’élevait à 237,4 millions $ au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2020, tandis que la quote-part des pertes de la coentreprise revenant à la société s’élevait à 20,6 millions $.

L’investissement de la société dans la coentreprise Kamoa Holding peut être ventilé comme suit :

La coentreprise Kamoa Holding utilise principalement les prêts consentis par ses actionnaires pour faire avancer le projet Kamoa-Kakula en investissant dans des coûts de développement et d'autres immobilisations corporelles, ainsi qu'en poursuivant ses activités d'exploration. Cela est attesté par l’évolution de la quote-part de la société dans l’actif net de la coentreprise Kamoa Holding, qui peut être ventilée comme suit :

L’augmentation nette des acquisitions de propriétés, installations et équipements de la coentreprise Kamoa Holding du 31 décembre 2019 au 30 septembre 2020 s’est élevée à 382,8 millions $ et peut être ventilée comme suit :

Le total des dettes de la société a baissé de 6,3 millions $ pour passer à 75,6 millions $ au 30 septembre 2020, de 81,9 millions $ au 31 décembre 2019, en raison de la baisse de 7,3 millions $ en transactions commerciales et autres dettes.

LIQUIDITÉS ET RESSOURCES EN CAPITAL

La société disposait de 375,8 millions $ en trésorerie et d’équivalents en trésorerie au 30 septembre 2020. À cette date, la société disposait d’un fonds de roulement consolidé d’environ 427,4 millions $, comparé à 688,5 millions $ au 31 décembre 2019.

Depuis le 8 décembre 2015, chaque actionnaire est tenu de financer les dépenses du projet Kamoa-Kakula pour un montant équivalant à sa participation proportionnelle dans Kamoa Holding. La société avance la part de Crystal River en son nom en contrepartie d’une augmentation du billet à ordre due à Ivanhoe.

Les dépenses actuelles du projet Platreef sont financées exclusivement par Ivanhoe, via un prêt portant intérêt à Ivanplats, le consortium japonais ayant choisi de ne pas contribuer aux dépenses courantes.

La société a prévu dans son budget 127 millions $ pour son financement proportionnel du Kamoa-Kakula Project pour le reste de l’année 2020, où les travaux de développement de la mine continuent avec la première production maintenant prévue en juillet 2021. La société a mis en œuvre plusieurs mesures de réduction des coûts, notamment : réduction du nombre de ses bureaux à travers le monde et des effectifs de son personnel d’encadrement et de direction d’environ 20 % ; application de réductions volontaires du salaire de l’équipe dirigeante et mise en œuvre d’autres mesures de réduction des coûts qui s’appliqueront à l’ensemble de l’entreprise. Le conseil de direction d’Ivanhoe a également alloué des budgets réduits pour 2020 à ses projets. La société a prévu de dépenser 8 millions $ pour poursuivre le développement du Platreef Project, 8 millions $ pour le Kipushi Project, 3 millions $ pour l’exploration régionale en RDC et 5 millions $ de frais généraux pour le reste de 2020.

Alors qu’Ivanhoe continue de faire avancer ses projets, les dirigeants d’Ivanhoe ont examiné et évalué de nombreuses solutions de rechange pour financer sa part des coûts de construction pour la mine de cuivre Kakula et pour faire progresser les initiatives d’exploration et de développement pour ses autres projets en Afrique du Sud. Ces solutions de rechange comprennent, sans toutefois s’y limiter, les sources de liquidités existantes, y compris l’encaisse, les débiteurs et les placements, les actifs destinés à la vente, le financement de projets, les opérations de flux ou de redevances, le financement du matériel et de la dette. Bien qu’Ivanhoe s’attende à disposer de suffisamment de liquidités ou d’options de financement liées au projet pour couvrir sa part des coûts en capital initiaux de la mine Kakula, la société continuera de rechercher et d’examiner les occasions qui se présentent à elle, en tenant compte de ses meilleurs intérêts ainsi que de ses activités et de sa situation financière, des conditions du secteur et des considérations géopolitiques.

La société a une obligation hypothécaire impayée pour ses bureaux à Londres, au Royaume-Uni, de 3,2 millions £ (4,1 millions $). L’hypothèque est entièrement repayable le 28 août 2025, garantie par la propriété et encourt des intérêts à un taux interbancaire offert à Londres (LIBOR) d’un mois GBP en plus de 1,9 % payables mensuellement, à terme échu. Seuls les intérêts seront payables jusqu’à maturité.

En 2013, la société a contracté un prêt payable à ITC Platinum Development Limited, qui avait une valeur comptable de 31,3 millions $ au 30 septembre 2020 et un montant contractuel dû de 34,4 millions $. Le prêt est remboursable lorsque le Platreef Project a une trésorerie résiduelle, qui est définie dans le contrat de prêt comme le revenu brut généré par le Platreef Project, moins tous les coûts d’exploitation attribuables à celui-ci, incluant tous les coûts d’exploitation et de développement de la mine. Le prêt est assujetti à un intérêt à un taux interbancaire offert à Londres (LIBOR) de trois mois GBP en plus de 2 % payables mensuellement, à terme échu. Les intérêts ne sont pas composés. La différence de 3,1 millions $ entre le montant contractuel dû et la valeur comptable du prêt est le bénéfice dérivé du prêt à faible intérêt.

La société a un engagement implicite en termes d’investissements dans des programmes de travail soumis aux organismes réglementaires pour maintenir le bon niveau des permis d’exploration et d’exploitation au niveau de ses propriétés minérales. Le tableau suivant présente les obligations à long terme de la société :

La dette dans le tableau ci-dessus représente l’obligation hypothécaire due à Citibank et le prêt payable à ITC Platinum Development Limited, comme décrit ci-dessus.

La société est tenue de financer sa coentreprise Kamoa Holding pour un montant équivalent à sa participation proportionnelle.

Ce communiqué de presse doit être lu conjointement avec les états financiers intermédiaires consolidés condensés non vérifiés et le rapport de gestion d’Ivanhoe Mines pour le trimestre et les neuf mois clos le 30 septembre 2020, disponibles sur www.ivanhoemines.com et sur www.sedar.com.

Personnes qualifiées

Les divulgations de nature scientifique ou technique concernant les scénarios révisés de dépenses en immobilisations et de développement du projet Kamoa-Kakula dans le présent communiqué de presse ont été examinées et approuvées par Steve Amos, qui, en raison de sa formation, de son expérience et de son association professionnelle, est considéré comme une personne qualifiée au sens du Règlement NI 43-101. M. Amos n’est pas considéré comme indépendant en vertu du Règlement NI 43-101 puisqu’il est le chef du projet Kamoa. M. Amos a vérifié les données techniques divulguées dans ce communiqué de presse.

Les autres divulgations de nature scientifique ou technique concernant les stocks de Kakula et Kansoko contenues dans le présent communiqué de presse ont été examinées et approuvées par George Gilchrist, qui, en raison de sa formation, de son expérience et de son association professionnelle, est considéré comme une personne qualifiée au sens du Règlement NI 43-101. En vertu de la norme canadienne 43-101, M. Gilchrist n’est pas considéré comme indépendant, car il est le vice-président des ressources chez Ivanhoe Mines. M. Gilchrist a vérifié les autres données techniques divulguées dans ce communiqué de presse.

Les autres divulgations de nature scientifique ou technique contenues dans le présent communiqué de presse ont été examinées et approuvées par Stephen Torr, qui, en raison de sa formation, de son expérience et de son association professionnelle, est considéré comme une personne qualifiée au sens du Règlement NI 43-101. En vertu du Règlement NI 43-101, M. Torr n'est pas considéré comme indépendant puisqu'il est vice-président, géologie de projet et évaluation. M. Torr a vérifié les autres données techniques divulguées dans ce communiqué de presse.

Ivanhoe a préparé un rapport technique actualisé et indépendant conforme au Règlement 43-101 pour chacun des projets Platreef, Kipushi et Kamoa-Kakula, disponibles sous le profil SEDAR de la société à l'adresse suivante : www.sedar.com

  • Le plan de développement intégré 2020 de Kamoa-Kakula daté du 13 octobre 2020, préparé par OreWin Pty Ltd., China Nerin Engineering Co., Ltd., DRA Global, Epoch Resources, Golder Associates Africa, KGHM Cuprum R&D Centre Ltd., Outotec Oyj, Paterson and Cooke, Stantec Consulting International LLC, SRK Consulting Inc. et Wood plc., couvrant le Kamoa-Kakula Project de la société.
  • Le rapport technique de l'étude de faisabilité Platreef 2017 du 4 septembre 2017, préparé par DRA Global, OreWin Pty. Ltd., Amec Foster Wheeler, Stantec Consulting, Murray & Roberts Cementation, SRK Consulting, Golder Associates et Digby Wells Environmental, couvrant le projet Platreef de la société ; et
  • Mise à jour des ressources minérales de Kipushi 2019 datée du 28 mars 2019, préparée par OreWin Pty Ltd., MSA Group (Pty) Ltd., SRK Consulting (Afrique du Sud) (Pty) Ltd and MDM (Technique) Africa Pty Ltd. (une division de Wood PLC), couvrant le projet Kipushi de la société.

Ces rapports techniques comprennent des informations pertinentes concernant les dates d'entrée en vigueur et les hypothèses, paramètres et méthodes des estimations des ressources minérales du projet Platreef, du projet Kipushi et du projet Kamoa-Kakula citées dans ce communiqué de presse, ainsi que des informations relatives à la vérification des données, procédures d’exploration et autres questions liées à la divulgation scientifique et technique contenue dans le présent communiqué de presse concernant les projets Platreef, Kipushi et Kamoa-Kakula. Des informations supplémentaires concernant la société, y compris la notice annuelle de la société, sont disponibles sur SEDAR à l'adresse suivante www.sedar.com.

Coordonnées

Investisseurs
Bill Trenaman +1.604.331.9834

Presse
Matthew Keevil +1.604. 558.1034

Énoncés prospectifs

Certaines déclarations contenues dans le présent communiqué constituent des « déclarations prospectives » ou des « informations prospectives » au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables. Ces déclarations et ces informations impliquent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs qui pourraient conduire à des résultats, performances et réalisations de la société, de ses projets ou à des résultats de l’industrie sensiblement différents des résultats, performances et réalisations futurs qu’indiquent ou que laissent entendre ces déclarations prospectives ou ces informations prospectives. Ces déclarations se reconnaissent à l’utilisation de termes tels que « pouvoir », « devoir », « avoir l’intention de », « s’attendre à », « prévoir », « croire », « planifier », « anticiper », « estimer », « prédire » et d’autres termes similaires, ou encore au fait qu’elles indiquent que certaines mesures seront prises, certains événements se produiront ou certains résultats seront obtenus ou pourraient l’être. Ces déclarations reflètent les attentes actuelles de l’entreprise concernant les événements, les performances et les résultats futurs, et ne sont valables qu’à la date du rapport de gestion de l’entreprise pour le T3 2020.

De telles déclarations incluent, sans limitation, le calendrier et les résultats : (i) déclarations concernant l’usine de traitement par concentrateur dont les éléments mécaniques devraient être terminés au T2 2021 et la première production de concentré de cuivre dans la mine de Kakula qui est maintenant prévue en juillet 2021 ; (ii) déclarations concernant le rythme des développements souterrains dans la mine Kakula, qui doit s’accélérer alors que des équipes minières supplémentaires sont mobilisées ; (iii) déclarations concernant les stocks à haute teneur de Kakula, qui doivent s’élargir considérablement dans les prochains mois, car la majorité du développement souterrain de Kakula sera dans des zones d’exploitations minières avec une teneur en cuivre de +5 % ; (iv) déclarations concernant la rénovation en cours de six turbines de la centrale hydroélectrique de Mwadingusha et des infrastructures connexes de 220 kilovots qui progressent bien et la centrale rénovée, qui devrait fournir environ 72 mégawatts au réseau électrique national ; (v) déclarations que Kakula devrait produire un concentré de cuivre propre et à très haute teneur (contenant plus de 55 % de cuivre) qui sera très prisé des fonderies de cuivre dans le monde entier ; (vi) déclarations concernant l’accélération des plans d’expansion pour le second module de concentrateur à 3,8 millions de tonnes par an à la mine de Kakula, ce qui doublera la capacité de traitement de la mine de 3,8 à 7,6 millions de tonnes par an et les plans pour accélérer l’achèvement de l’expansion du broyeur de phase 2 du T1 de 2023 au T2 de 2022 ; (vii) déclarations concernant un trou de forage à Kakula qui augmentera considérablement la ventilation au centre du corps minéralisé, ce qui permettra à des équipes minières supplémentaires de commencer à travailler dans les zones à haute teneur en minerai de Kakula ; (viii) déclarations concernant un plan de production de développement progressif pour le Platreef Project, visant un capital initial nettement inférieur, afin d’accélérer la première production en utilisant le puits 1 comme puits de production initial de la mine, suivi par des accroissements du taux de production, comme décrit dans l’étude de faisabilité définitive (DFS) 2017 de la société ; (ix) déclarations concernant le calendrier des résultats du plan de développement progressif de Platreef Project et mise à jour de l’étude de faisabilité définitive (DFS) qui seront publiés mi-novembre 2020 ; (x) déclarations que la coentreprise de Kamoa-Kakula estimait à 570 millions $ les coûts en capital restant à couvrir jusqu’à la production initiale ; (xi) déclarations concernant les méthodes d’exploitation minière prévues à Platreef qui utiliseront des méthodes mécanisées hautement productives, y compris de longues chambres d’abattage et l’exploitation de galeries et de remblais, chaque méthode utilisant des remblais cimentés pour une extraction maximale du minerai ; (xii) les déclarations concernant le fait qu’Ivanhoe s’attende à disposer de suffisamment de liquidités ou d’options de financement liées au projet pour couvrir sa part des coûts en capital initiaux de la mine Kakula ; (xiii) déclarations concernant le calendrier et la durée des activités restreintes dans le cadre du Platreef Project et du Kipushi Project ; (xiv) déclarations que les partenaires en coentreprise de Kamoa-Kakula évaluent les propositions de financement au niveau du projet pour accélérer le développement de la phase 2 ; et (xv) déclarations concernant des dépenses en capital après imprévus, prévues pour le reste de 2020 avec 8 millions $ consacrés à la poursuite du développement du Platreef Project, 8 millions $ consacrés au Kipushi Project, 3 millions $ consacrés à l’exploration régionale en RDC, et 5 millions $ consacrés aux frais généraux et à son financement proportionnel du Kamoa-Kakula Project, avec 127 millions $ prévus pour le reste de l’année 2020.

En outre, tous les résultats de l’étude de faisabilité de la mine de cuivre de Kakula, de l’étude de préfaisabilité 2020 de Kakula-Kansoko et de l’évaluation économique préliminaire actualisée et élargie du projet Kamoa-Kakula, de l’étude de faisabilité du Platreef Project et de l’étude de préfaisabilité du Kipushi Project constituent des déclarations ou des informations prospectives comprenant des estimations futures des taux de rendement internes, de la valeur actualisée nette, de la production future, des estimations du coût déboursé, des plans et des méthodes d’extraction proposés, des estimations de la durée de vie de la mine, des prévisions de flux de trésorerie, des récupérations de métaux, des estimations de capital et des coûts d’exploitation, ainsi que la taille et le calendrier du développement progressif des projets. En outre, en ce qui concerne ces informations prospectives spécifiques concernant le développement des projets Kamoa-Kakula, Platreef et Kipushi, la société a fondé ses hypothèses et analyses sur certains facteurs intrinsèquement incertains. Les incertitudes incluent : (i) la pertinence des infrastructures ; ii) les caractéristiques géologiques ; (iii) les caractéristiques métallurgiques de la minéralisation ; (iv) la capacité à développer une capacité de traitement adéquate ; (v) le prix du cuivre, du nickel, du zinc, du platine, du palladium, du rhodium et de l’or ; (vi) la disponibilité des équipements et des installations nécessaires pour mener à bien le développement ; (vii) le coût des consommables et du matériel d’extraction et de traitement ; (viii) les problèmes techniques et techniques imprévus ; (ix) les accidents ou actes de sabotage ou de terrorisme ; (x) les fluctuations monétaires ; xi) les modifications de la réglementation ; (xii) le respect par les partenaires de la coentreprise des termes des accords ; xiii) la disponibilité et la productivité de la main-d’œuvre qualifiée ; (xiv) la réglementation de l’industrie minière par divers organismes gouvernementaux ; (xv) la capacité de mobiliser des capitaux suffisants pour développer de tels projets, (xvi) les changements dans la portée ou la conception du projet et (xvii) les facteurs politiques.

Ce communiqué de presse contient également des références aux estimations de ressources et réserves minérales. Les estimations de ressources minérales sont par définition incertaines et impliquent un jugement subjectif à propos de nombreux facteurs pertinents. Les estimations des réserves minérales apportent plus de certitude, mais elles impliquent néanmoins des jugements subjectifs similaires. Les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n’ont pas de viabilité économique démontrée. L’exactitude de ces estimations dépend de la quantité et de la qualité des données disponibles et des hypothèses faites et des jugements utilisés dans l’interprétation géologique et d’ingénierie (notamment la production future estimée des projets de la société, les tonnages et concentrations estimés qui seront extraits et le taux de récupération estimé), qui peut s’avérer peu fiable et dépend, dans une certaine mesure, de l’analyse des résultats de forage et des inférences statistiques qui peuvent finalement se montrer inexactes. Les estimations de ressources ou réserves minérales peuvent devoir être revues aux motifs suivants : (i) les fluctuations des prix du cuivre, nickel, zinc, or, éléments du groupe du platine (PGE) et autres minerais, (ii) des résultats de forage, (iii) des résultats des tests métallurgiques et des autres études, (iv) des changements par rapport aux exploitations minières proposées, y compris la dilution, (v) l’évaluation des plans de la mine après la date des estimations, (vi) l’échec possible dans la réception des permis, approbations et licences requis, ou des changements de ces permis, approbations et licences, et (vii) des changements de lois, règles ou réglementations.

Les déclarations prospectives et les informations prospectives comportent des risques et incertitudes importants ; elles ne doivent pas être considérées comme des garanties de performance ou de résultats futurs et ne constitueront pas nécessairement des indicateurs fiables de l’obtention ou non de ces résultats. Un certain nombre de facteurs pourraient avoir pour conséquence que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats mentionnés dans les déclarations prospectives, notamment les facteurs examinés ci-dessous et sous la rubrique « Facteurs de risques », et ailleurs dans ce rapport de G&A de la société pour le trimestre et les neuf mois clos le 30 septembre 2020, ainsi que des changements imprévus apportés aux lois, aux règles ou à la réglementation, ou à leur application par les autorités compétentes ; des manquements de la part des parties à des contrats conclus avec la société à leurs obligations contractuelles, des conflits sociaux ou du travail, des variations dans les prix des matières premières et l’incapacité des programmes ou des études d’exploration à obtenir les résultats prévus ou des résultats qui justifieraient et appuieraient la poursuite de l’exploration, des études, du développement ou de l’exploitation.

Bien que les déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué soient fondées sur des hypothèses que la direction de la société juge raisonnables, la société ne peut pas garantir aux investisseurs que les résultats réels seront conformes à ces déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont formulées à la date du présent communiqué de presse et sont, dans leur intégralité, expressément assorties des réserves apportées par la présente mise en garde. Sous réserve des lois sur les valeurs mobilières applicables, la société n’est tenue d’aucune obligation d’actualiser ou de réviser les déclarations prospectives figurant dans les présentes afin de tenir compte de circonstances ou d’événements se produisant après la date du présent communiqué.

Les résultats réels de la société pourraient différer sensiblement de ceux anticipés dans les présentes déclarations prospectives en raison des facteurs énoncés à la rubrique « Facteurs de risques » et ailleurs dans le dernier rapport de G&A de la société pour le trimestre et les neuf mois clos le 30 septembre 2020.

加拿大多伦多 — 艾芬豪矿业 (TSX: IVN; OTCQX: IVPAF) 今天公布其截至2020年9月30日止九个月的财务业绩。艾芬豪矿业是一家加拿大的矿业公司,目前正开发其位于非洲南部的三大矿山项目﹕位于刚果民主共和国(以下简称“刚果”)的卡莫阿-卡库拉 (Kamoa-Kakula) 铜矿、位于南非的普拉特瑞夫 (Platreef) 钯-铂-铑-镍-铜-金矿,以及同样位于刚果、久负盛名的基普什 (Kipushi) 锌-铜-银-铅-锗矿的全面复产工程。

同时,艾芬豪正在其全资拥有、毗邻卡莫阿-卡库拉采矿许可范围的西部前沿 (Western Foreland) 勘探许可范围内寻找新的铜矿。所有金额除非另有说明,均以美元为单位。

重点﹕

  • 卡库拉铜矿是卡莫阿-卡库拉项目多个计划开采范围中的首产矿山,开发进度表现优异。卡莫阿-卡库拉第一序列的年处理矿量380万吨开采选矿作业整体施工进度理想,目前已完成约58%,并计划于2021年7月实现首批铜生产。项目是艾芬豪矿业(占股39.6%)、紫金矿业集团 (占股39.6%)、晶河全球 (占股0.8%) 及刚果民主共和国政府 (占股20%) 共同持有的合资项目。
  • 卡库拉矿山预期将会成为全球最高品位的主要铜矿,预计投产后的前5年运营期间,处理的原矿平均铜品位达6%以上。以用水、电、尾矿和每单位铜二氧化碳排放量计算,卡库拉将会是全球对于能源消耗和环境破坏最小的矿山之一。
  • 卡莫阿-卡库拉第一序列380万吨/年选矿厂的施工正在快速推进,于10月底已完成约28%。选矿厂预计于2021年第二季度完工。
  • 卡莫阿-卡库拉项目将会使用清洁、可再生的水电。位于刚果的Mwadingusha水电厂目前正进行修缮工程,预计将于2021年初向国家电网提供约 72 兆瓦的电能。
  • 卡莫阿-卡库拉正与多方就铜精矿的销售和冶炼方案进行详细讨论。卡库拉将会生产极高品位的清洁铜精矿(含铜量达55%以上)。冶金测试结果显示,相较全球标准,卡库拉精矿的含砷量极低,约为0.01%,这将是销售竞争中的核心优势。
  • 截至2019年1月1日,假设第一座选矿厂于2021年7月投产,并包括了预生产矿石堆场的成本,卡库拉项目初期资本开支的最新估算约13亿美元。卡莫阿-卡库拉合资企业在 2019 年产生的资本开支达到 3.09 亿美元。截至2020年9月30日止九个月产生了额外4.03亿美元的资本开支。因此,合资企业在首期投产之前还有约5.7亿美元的资本开支。
  • 卡莫阿-卡库拉的合资伙伴正在最后敲定项目的融资计划,以加速推进项目第二序列的开发。
  • 于2020年第三季度末,艾芬豪拥有约3.76亿美元的现金和现金等价物,且未承担任何重大债务。
  • 卡莫阿-卡库拉项目第二序列扩建工程包括:卡库拉矿山的地下扩建至年产量600万吨、将毗邻卡索科 (Kansoko) 矿山的采矿作业提升至年产量160万吨的稳定产量、在卡库拉建设第二座年处理量380万吨的选矿厂,以及支持各个矿场实施扩建的相关地表基础设施。
  • 卡库拉铜矿的地下开发持续快速推进,截至10月底已完成超过24.7公里的地下开拓工程,超过既定目标7.9公里。矿山将安排更多采掘班组展开采矿作业,以进一步加快建设进度。
  • 于10月底,卡库拉南北两面斜坡道的两条主要运输通道之间还有100米将会贯通并到达高品位矿床的中心。贯通后将显著改善矿体中心的通风情况,使更多采掘班组可在卡库拉的高品位矿段开始高产能的采矿作业。
  • 截至2020年10月底,卡莫阿-卡库拉的中品位和高品位堆场已储备矿石量约100万吨,铜品位达3.47%。采掘班组于10月份在卡库拉和卡索科矿山共采掘了19.4万吨矿石,铜品位达4.01%。
  • 迄今为止,在卡库拉和卡索科矿山已完成了大量投产前的开拓工程,使项目于本月开始大大提升地表堆场的矿石量,且矿石的品位显著增加。
  • 南非普拉特瑞夫钯-铂-镍-铜-金-铑顶级项目的第一个竖井(1号竖井)于7月份已掘进至地表以下约996米的最终深度。
  • 普拉特瑞夫项目的分期开发生产方案已经接近完成,该计划以大幅降低初期资本开支为目标,将1号竖井作为矿山的首采井以加速投产,然后再按照2017年最终可行性研究设计的方案,进行扩产。
  • 同时,艾芬豪正在更新普拉特瑞夫项目的最终可行性研究报告,此报告将涵盖2017年最终可行性研究报告完成以来的开发进展、成本更新以及金属价格和外汇假设调整。最终可行性研究和分期开发生产方案,定于2020年11月下旬发布。
  • 2020年7月27日,艾芬豪宣布对于其全资拥有、毗邻卡莫阿-卡库拉采矿许可区的西部前沿项目、其位于刚果的基普什锌-铜-银-铅-锗矿山及其位于南非布什维尔德火成杂岩地带北部的普拉特瑞夫钯-铂-镍-铜-铑-金矿项目,已展开并将持续讨论其战略性开发方案。
  • 2020年11月6日,艾芬豪董事会委任新就职的两位独立董事,努努·恩辛吉拉 (Nunu Ntshingila) 和马蒂·詹斯·范·雷斯堡 (Martie Janse van Rensburg) 分别出任可持续发展委员会主席和薪酬与人力资源委员会主席的职务。
  • 截至2020年9月底,卡莫阿-卡库拉项目已连续164万个工时没有发生失时工伤,而基普什项目已连续268万个工时没有发生失时工伤。

主要项目及活动回顾

1. 卡莫阿-卡库拉项目
艾芬豪矿业持有 39.6% 权益
位于刚果民主共和国

卡莫阿-卡库拉项目是艾芬豪矿业与紫金矿业的合资企业,被国际矿业咨询公司伍德曼肯兹 (Wood Mackenzie) 评为全球第 4 大铜矿。该项目位于科卢韦齐 (Kolwezi) 镇以西约 25 公里处,在卢本巴希 (Lubumbashi) 以西约 270 公里处。

2015年12月,艾芬豪以总价 4.12 亿美元向紫金矿业出售卡莫阿控股有限公司 (以下简称 “卡莫阿控股”) 49.5% 的权益。另外,艾芬豪以 832 万美元向私营公司晶河全球出售卡莫阿控股 1% 的权益,晶河全球将以十年期无息本票支付。2015年12月与紫金的交易完成后,每位股东必须按其持有卡莫阿控股的股权比例支付卡莫阿-卡库拉项目的支出。

根据 2002 年刚果矿业法,卡莫阿-卡库拉项目的5%不可稀释权益已于2012年9月11日无条件让予刚果政府。根据2016年11月与刚果政府签订的协议,卡莫阿-卡库拉项目的额外15% 权益已转予刚果政府,艾芬豪与紫金矿业目前各自间接持有卡莫阿-卡库拉项目39.6% 的权益,晶河全球间接持有0.8% 权益,而刚果政府则直接持有20% 权益。卡莫阿控股直接持有项目 80% 权益。

卡莫阿-卡库拉的职业健康与安全

卡莫阿-卡库拉项目于2020年8月16日发生了一起致命事故,艾芬豪矿业对此深表遗憾。事故发生在卡库拉北部巷道的地下,当时一名承包商雇员在未经训练或授权的情况下试图移动钻机时与运输通道的侧壁相撞。

截至 2020 年9月底,卡莫阿-卡库拉项目录得合共 1,640,584个零失时工伤工时。项目将继续致力为所有员工和承包商提供零伤害的工作环境。

根据刚果政府的卫生指引,并配合该国解除的限制,卡莫阿-卡库拉矿山的刚果员工已经恢复正常的换班安排。矿山继续实施防疫措施如严格测试、保持距离、配戴口罩、经常洗手和接触者追踪调查等,以保护员工和社区成员的安全和健康。

目前已在卡莫阿项目营地设有COVID-19隔离设施。任何疑似或出现病症的人员都将会安排到该设施,进行隔离、检测和治疗。患者康复且不再具传染性后,必须在项目医务人员规定的额外隔离观察期结束后,才可返回工作岗位。

随着疫情的变化,卡莫阿-卡库拉的医疗队伍将继续不断审核和更新其疫情防控方案。项目的防疫措施符合国际最高标准,内部出现感染病例,传播或交叉感染的风险也非常低。

职业健康协调员Patrick Kasongo博士 (左)、职业健康安全与环境主管Brett Watson (中) 以及生命支持高级护理人员Greg Hillen (右) 是卡莫阿-卡库拉项目一流医疗队伍的三名主要成员,他们在项目现场成功防控COVID-19的过程中发挥了重要的作用。

卡莫阿-卡库拉2020年综合开发方案的非凡经济测算结果

2020年9月8日,艾芬豪矿业公布卡莫阿-卡库拉项目独立综合开发方案(“IDP”)的结果。2020年卡莫阿-卡库拉综合开发方案涵盖下列3个开发方案﹕

  • 卡库拉一期矿山开发的最终可行性研究。2020年版卡库拉最终可行性研究对于卡库拉矿床一期年采矿量600万吨的地下矿山和地表选矿设施 (年处理矿量760万吨) 进行评估。矿山规划了两座年处理矿量380万吨的选矿厂,其中第一座选矿厂的施工正在进行且进展顺利。
  • 包含卡索科矿山开发的预可行性研究。2020年版的卡库拉-卡索科预可行性研究对于卡库拉矿山和卡索科矿床的额外采矿活动进行评估。卡索科以初步年处理矿量160万吨来补足卡库拉选矿厂的入选矿量。后期随着卡库拉的储量逐步耗尽,卡索科的年处理矿量最终将会扩大至600万吨。
  • 四大生产矿山的后续扩产开发方案。2020年版的卡莫阿-卡库拉初步经济评估对最终年处理矿量可达到1,900万吨的分期综合开发规划的潜力进行了分析。由卡库拉矿山初步投产开始,随后加上毗邻的卡索科、卡库拉西部和卡莫阿北部矿山的独立地下采矿作业,以及兴建一座直接粗铜冶炼厂。在其余区域的资源被采空以后,项目将会开发卡莫阿北部范围内的五座独立矿山,以保持不超过1,900万吨的年度开采矿规模,矿山整体寿命可达40余年。

2020年卡莫阿-卡库拉综合开发方案,由澳大利亚阿德莱德的OreWin Pty Ltd.、中国江西的中国瑞林工程技术有限公司、南非约翰内斯堡的DRA Global、南非约翰内斯堡的Epoch Resources、南非米德兰的Golder Associates Africa、波兰弗罗茨瓦夫的KGHM Cuprum R&D Centre Ltd.、芬兰赫尔辛基的Outotec Oyj、南非开普敦的Paterson and Cooke、美国凤凰城的Stantec Consulting International LLC 、南非约翰内斯堡的SRK Consulting Inc.以及美国里诺的Wood plc,按100%项目权益进行独立编撰。

2020年卡库拉最终可行性研究对于卡库拉初始年处理矿量600万吨进行评估,重点包括﹕

  • 2020年版的卡库拉最终可行性研究对于卡库拉矿床一期年处理矿量600万吨的地下矿山和地表选矿设施 (年处理矿量760万吨) 进行评估。矿山规划了两座年处理矿量380万吨的选矿厂,其中第一座选矿厂的施工正在进行且进展顺利。根据最终可行性研究的估算,这个开发规划投产后前10年的平均年产量达28.4万吨铜金属,矿场现金成本每磅铜0.52美元,总现金成本每磅铜1.16美元,并于第4年达到年产量36.6万吨铜金属。
  • 剩余初期资本开支为6.5亿美元,将会产生55亿美元的税后净现值 (折现率8%)。
  • 项目的内部收益率为77.0%,回报期2.3年,证明了卡莫阿-卡库拉项目一期有着可观的经济性。
  • 卡库拉于投产后的前5年期间,铜给矿品位平均达到6.6%的超高品位,而于矿山全寿命21年期间,平均铜品位达到5.2%。

包含卡索科矿山开发的2020年卡库拉-卡索科预可行性研究,重点包括﹕

  • 2020年版的卡库拉-卡索科预可行性研究对于卡库拉矿山和卡索科矿床的额外采矿活动进行评估。卡索科以初步年处理矿量160万吨来填补卡库拉选矿厂的产能需求。后期随着卡库拉的储量逐步耗尽,卡索科的年处理矿量最终将会增加至每年600万吨。预可行性研究预计这个方案于投产后前10年的平均年产量达33.1万吨铜金属,矿场现金成本每磅铜0.55美元,总现金成本每磅铜1.23美元,并于第4年达到年产量42.7万吨铜金属。
  • 方案的剩余初期资本开支为6.9亿美元,将会产生66亿美元的税后净现值 (折现率8%)。项目的内部收益率为69.0%,投资回报期为2.5年,证明了卡库拉和卡索科有着可观的经济性。
  • 卡库拉-卡索科于投产后的前5年,铜给矿品位达到平均6.2%的超高品位,于矿山全寿命37年期间,平均铜品位达到4.5%。

卡库拉和卡莫阿矿床的模块化综合扩建潜在开发方案,年处理矿量达1,900万吨,并包括兴建一座直接粗铜冶炼厂,重点包括﹕

  • 2020年卡莫阿-卡库拉初步经济评估载述了卡莫阿-卡库拉高品位铜矿床的分期连续运营开发方案。
  • 初期生产从年采率600万吨的卡库拉矿山开始,随后加上毗邻的卡索科、卡库拉西部和卡莫阿北部矿山的独立地下采矿作业,以及兴建一座直接粗铜冶炼厂。在其他范围的资源被采空以后,项目将会开发卡莫阿北部范围内的五座独立矿山,以保持年采率达到1,900万吨的水平,矿山整体寿命超过40年。
  • 初步经济评估预计,综合年处理矿量1,900万吨的分期开发方案的剩余初期资本开支为7亿美元。卡索科、卡库拉西部和卡莫阿北部矿山的日后扩建将会由卡库拉矿山的现金流出资,并将拥有111亿美元的税后净现值(折现率8%)以及56.2 %的内部收益率,投资回报期为3.6年。
  • 在这个方案下,初步经济评估还包括在卡库拉厂址兴建一座直接粗铜冶炼厂,年处理矿量达100万吨铜精矿,将由内部现金流出资。冶炼厂将于投产后第5年完工,大幅减少粗炼费和运输成本。
  • 年处理矿量1,900万吨的方案,于投产后前10年预计可以生产平均年产量50.1万吨的铜金属,总现金成本每磅铜1.07美元,并将于第8年达到80.5万吨的铜产量。
  • 按照这个生产率计算,卡莫阿-卡库拉将会成为世界第二大的铜矿。

卡莫阿-卡库拉合资企业在 2019 年产生的资本开支达到 3.091 亿美元, 其中 1.252 亿美元花费在卡库拉斜坡道和矿山开发。截至2020年9月30日止九个月产生了额外4.03亿美元的资本开支,其中包括用于建设投产前矿石堆场的开支。截至2020年9月30日止九个月,艾芬豪承担的资本开支份额为2亿美元,其包括初期资本开支约40%的出资份额,以及按比例承担刚果政府持有的20%股本对应的出资份额,后者将由项目未来的现金流予以偿付。艾芬豪已按约50%的出资份额,为卡莫阿-卡库拉项目制定2020年剩余时间的预算为1.27亿美元。截至2020年9月30日,合资企业在首产前还有约5.7亿美元的资本开支。

艾芬豪预计将继续持有充足的现金资源或融资方案,以涵盖其应承担的初期资本开支剩余份额。

图1﹕卡莫阿-卡库拉年处理矿量1,900万吨初步经济评估的长期开发计划,卡莫阿-卡库拉将成为全世界第二大铜矿山,年度最高铜产量将超过80万吨。

图表由OreWin编制 (2020年)。

图2﹕2020年卡库拉最终可行性研究 (年处理矿量600万吨方案 — 以蓝色虚线框显示)、2020年卡库拉-卡索科预可行性研究 (年处理矿量760万吨 — 以紫色虚线框显示) 和2020年卡莫阿-卡库拉初步经济评估 (以绿色虚线框显示) 所涵盖的矿床概况。

卡库拉选矿厂的施工快速推进,预计于2021年7月实现投产

项目第一序列的380万吨/年选矿厂的施工正在快速推进,截至2020年9月底已完成约28%。选矿厂预计于2021年第二季度完工,并计划于2021年7月实现首批铜精矿生产。虽然COVID-19疫情带来了种种挑战,但是项目和施工团队仍旧一直坚持不懈的努力,如期实现各个里程碑,并使卡莫阿-卡库拉能够早于2021年的原定计划提前实现投产。

初始选矿厂的土木工程已接近完成,至今已灌入约26,000立方米的混凝土。所有主要厂房区域即将移交给SMPP (结构、机械、管道和钣金) 承包商继续施工。

项目最后的主要设备 — 两台80兆伏安/220千伏的变压器预计将于2020年11月初运抵矿场。多个变电站的施工进度理想。

选矿厂钢结构和板金的制造已完成,大部分设备已运达现场。管道的铸造正按计划进行中,其中60多公里长的管道 (总长83公里) 已于2020年10月底运抵现场。部分EC&I (电气、控制和仪表) 工作已经开始,并已安装电缆架。

截至2020年10月底,超过2,000吨 (总共5,700吨) 的钢结构已完成安装。目前正全力进行输送架、选矿厂房、试剂仓库、浮选厂和精矿仓库的钢架安装,并已开始厂房仓库、工场和供水装置的施工。

卡库拉380 万吨/年初始选矿厂的两台球磨机以及由巴西WEG Industries公司制造的其中一台7兆瓦变速电动机(蓝色) ,图中背景是施工中的高压辊磨机矿仓。

第一座380万吨/年选矿厂的浮选厂区的三维示意图,规划中的第二座380万吨/年选矿厂以紫色显示。下图显示迄今为止的施工进度以作比较。

已完成安装的球磨机的三维示意图 (以浅绿色显示),规划中用于第二座选矿厂的另外两台球磨机则以紫色显示。下图显示迄今为止的施工进度以作比较。红圈显示第一座(深绿色)和第二座(紫色)的高压辊磨机设备。

其他地表基础设施的工程、采购和施工都进展顺利

卡莫阿-卡库拉第一序列的年处理矿量380万吨开采选矿作业 (包括矿山基础设施、选矿厂和地表基础设施) 的整体施工进度理想,于2020年9月底已完成约58%。

北京的中信建设正在兴建卡库拉第一序列的回填厂。回填厂将选矿厂的尾矿与水泥混合制造回填浆。回填浆将会泵回矿山用作填充采空区。矿山约一半的尾矿将被泵送回地下,大大减少地表的尾矿量。回填厂的土木工程进展顺利,并已开始安装钢架。

尾矿坝的施工进度理想,目标是要在2020年11月末雨季开始前完成大部分的土方工程。三条尾矿管道和尾矿回水管的安装也正在顺利进行。

除220千伏的主要变压器外,所有长周期机械设备已经运抵现场。变压器已在港口卸载,目前正经由陆路运送到矿场途中。

位于卡库拉主要北面斜坡道附近的大型地表回收卸料系统的石笼挡土墙已建造完成,并已开始准备在挡土墙顶部进行所需的土木工程。大型回收卸料系统将从卡库拉地表矿堆 (于第二序列作业开始后也从卡索科矿山) 运送矿石供给选矿厂。

高品位铜矿经由地下输送系统运送到地表大型回收卸料系统的石笼挡土墙前方。

地下开拓工程于2020年9月底已超过既定目标约7公里

截至2020年9月底已经完成了22.6公里的地下开拓工程,超过既定目标约7公里。随后于2020年10月份掘进2.172公里,创下月度记录新高,迄今为止已经完成了24.7公里以上的地下开拓工程,超过既定目标约7.9公里。

目前,在卡库拉共有10组采掘班组 (3组业主和7组承包商采掘班组),卡索科有一组采掘班组。项目将继续安排更多人手,以加快开发进度。

在卡库拉的南面运输通道,生长断层出现轻微的错断,但采矿作业经调整后,使通道可跟随断层矿化较陡的倾角延伸。在卡库拉的北面运输通道,发现了较大的生长断层,断层南面的矿化出现多处不同程度的错断且下降,因此修建了一条螺旋斜坡道以解决错断情况,并重新沿矿化进行采掘。

在卡库拉矿山,从南面斜坡道推进的两条主要运输通道,以及从北面斜坡道推进的螺旋运输通道,最近已开拓到矿床中心附近的高品位矿区,铜品位约+8%。卡库拉南北两面斜坡道的两条主要运输通道之间还有100米将会贯通并到达高品位矿床的中心。贯通后将显著改善矿体中心的通风情况,使更多采掘班组可在卡库拉的高品位矿段开始高产能的采矿作业。

Chamec Kasatuka Mpungwe在卡索科矿山操作一台半自动的采矿设备。卡莫阿-卡库拉项目向新一代的刚果年轻男女提供培训,训练他们安全地操作先进的机械设备,打造世界一流的地下铜矿。

矿工Freddy Muba在卡库拉矿山手持一块富辉铜矿的超高品位矿石。卡库拉蕴藏丰富的辉铜矿,以重量计算,铜含量接近80%。项目在投产后前5年的平均给矿铜品位预计高达6.6%,在21年全矿山寿命期间的平均铜品位为5.2%。

卡库拉的地下采掘班组除了正在推进主要通道的贯通,同时还专注于矿床中心高品位分层充填采矿区的开发准备工作。为了能在这些高品位的分层充填矿段展开采矿作业,需要在低、中和高品位矿段都进行开发工作,这一设计也是为了配合计划于明年开始运行的选矿厂。这将使采掘班组可从卡库拉地下直接运送大量的高品位矿石到选矿厂。

卡库拉第二个地下矿仓(西部矿仓)目前正在进行调试。卡库拉2号通风井的安装进展也十分顺利,三台高功率地表风机的第一台已由承包商完成安装。

目前,卡索科矿山的地下开拓工程正在低-中品位的矿段进行,铜品位约3%。矿山开发工程于10月份首次接触到粉砂岩,标志着已开拓到卡索科更高铜品位的矿区。粉砂岩对于卡莫阿-卡库拉的铜矿化形成有着重大的影响。

加拿大密西沙加的Hatch Ltd.最近对于卡莫阿-卡库拉的温室气体强度指标进行了独立审核,确定项目将会成为全球每单位铜的温室气体排放量最低的矿山之一。

图3:截至10月底在卡库拉矿山已完成的地下开拓工程 (黑色),以及北部和南部运输通道将会连接的位置。大部分开拓工程将于11月在铜品位8%以上矿区内的首个分层充填采矿区 (紫色) 进行。

投产前矿堆目前已储备矿石量约100万吨,铜品位3.47%

截至2020年9月底,卡库拉北部的中品位和高品位投产前矿堆已储备矿石量约54万吨,铜品位3.73%;卡库拉南部的中品位和高品位矿堆已储备矿石量约16.8万吨,铜品位2.73%;卡索科的矿堆则储备矿石量约9.5万吨,铜品位2.34%。

采掘班组于10月份已在卡库拉和卡索科矿山开采及运送约19.4万吨矿石到地表矿堆,铜品位4.01%。项目的投产前高品位和中品位矿堆已储备矿石量约100万吨,铜品位约3.47%。另外,62.2万吨较低品位的矿石也运送到地表的矿堆。

截至2020年10月底,在卡库拉矿山北部开采的矿石经由输送系统,运送到地表的混合矿堆。混合矿堆目前已储备矿石量约63.9万吨,铜品位约3.71%。此外,项目还有两个额外的投产前矿堆,分别位于卡库拉南面斜坡道 (约6.7万吨高品位矿石,铜品位5.05%以及17.1万吨中品位矿石,铜品位2.62%) 和卡索科斜坡道 (约12万吨矿石,铜品位2.53%)。

随着更多采掘班组在卡库拉和卡索科矿山的高品位矿段开始作业,项目将大大提升地表堆场的矿石量,且矿石品位将会显著增加。

卡库拉矿山的高品位铜矿石经由地下输送系运送到地表。

图表1﹕2020年5月至2020年10月期间卡库拉和卡索科矿山的投产前矿堆累计储备的矿石量和品位。

图表2﹕2020年5月至2020年10月期间卡库拉和卡索科矿山的投产前矿堆含铜量增长。

关于卡库拉铜精矿销售方案的讨论正在进行中

目前,卡莫阿-卡库拉正与多方就铜精矿的销售和冶炼方案进行详细讨论。卡库拉将会生产极高品位的清洁铜精矿 (含铜量达55%以上),将会是世界各地铜冶炼厂渴求的高质量产品。冶金测试结果显示,相较全球标准,卡库拉精矿的含砷量极低,约为0.01%。

卡莫阿-卡库拉预计于12月连接国家电网,为项目提供清洁、可再生的220千伏水电能源

矿山经由国家电网连接的18兆瓦移动变电站向卡莫阿120千伏架空输电线提供水电能的供给。移动变电站最近从卡索科矿山移至卡库拉矿山,以增加卡库拉可用的电​​网容量。220千伏的永久架空输电线、开关变电站(NRO变电站)和卡莫阿用户变电站的施工正在进行中。卡莫阿-卡库拉预计将于2020年12月,与科卢韦齐的西部调度(Western Dispatch)变电站通过一条35公里长的220千伏电力线相连通,国家电网将通过这条电力线为项目输送可靠和清洁的水电能源。

Tresor Kalenga Musoya (上)、Liang Yang (中) 和Chanzhong Yang (下) 正为35公里长的新电力线安装高压线。国家电网将经这条电力线向卡莫阿-卡库拉项目输送高压(220千伏)的水电能源。

Mwadingusha 水电厂正在进行修缮工程,将提供清洁、可再生电能

Mwadingusha 72兆瓦水电厂的改善工程即将完成,Mwadingusha全部6台涡轮机预计于2021年第一季度将会向国家电网提供电力供给。剩下两项主要工程包括涡轮机的后期安装以及完成更换压力管道。

工程由瑞士雷恩斯的Stucky工程公司在艾芬豪矿业及紫金矿业的指导下,与刚果国有电力公司 La Société Nationale d’Electricité (以下简称 “SNEL”) 合作施工。

Mwadingusha水坝和溢水道的鸟瞰图。Mwadingusha水电站的升级与Société Nationale d'Electricité (SNEL) 合作施工,为卡莫阿-卡库拉实现生产全球最环保铜金属的目标迈出重要的一步。

卡莫阿-卡库拉的合作伙伴正加快扩建计划以提前第二序列的铜生产

2020年9月,卡莫阿-卡库拉项目为卡库拉矿山第二座年处理量380万吨的选矿厂订购长周期设备,入选矿量从380万吨/年提升到760万吨/年。提早订购选矿厂的长周期设备,预计可加快选矿厂第二序列扩建的速度,从2023年第一季度提前至2022年第二季度完成。

为了提前实现卡库拉选矿厂的扩建计划,卡莫阿-卡库拉合资企业将于2020年订购总值约1亿美元的长周期设备,预计今年将会花费其中约2,500万美元。目前已为第二序列的土方工程和土木工程进行招标。

可持续发展促进社区繁荣

“可持续民生计划”始于2010年,旨在通过建立农业培训园以及在社区层面为农民提供支持,提升卡莫阿-卡库拉项目占地范围内社区的食品安全和农作物产能。如今,约有 350 位社区农民正受益于“可持续民生计划”,为家人生产着优质食品并出售多余的食品以获得额外收入。卡莫阿将进一步发展民生计划,目前正在兴建一所农业学校,将为当地农民提供培训并进行研究。2020年实施的其他非农业相关活动包括教育与读写训练计划、继续延续社区砖块制作计划以及使用太阳能水井向部分当地社区供应淡水。2020年间,聘用了当地的承包商在社区内钻探额外18个水井。目前,还有一所诊所、学校和缝纫机构正在兴建中。

卡莫阿-卡库拉实施多项关于COVID-19加强意识和防疫的工作,包括向当地社区捐赠快速检测试剂盒、口罩和洗手设备。

第二阶段搬迁计划的安置房屋建设于年内继续施工,其中19个家庭已搬入安置房屋。年内还实施了第三阶段的搬迁计划,其中14个家庭已完成搬迁。卡库拉北部的调查工作以及所有农作物补偿已经完成,发现仅有六座临时建筑物。全部搬迁计划实施完成后,将满足整个卡库拉矿区 (包括尾矿坝) 的建设需要。

卡莫阿铜业的可持续发展负责人Guy Muswil博士 (左) 与当地农民在计划的其中一个社区种植园展示他们种植的卷心菜。

卡莫阿铜业的园林工程组成员Nickson Nyundo在卡库拉矿山的办事处植草。

卡库拉的厨房员工正在准备新鲜的水果和蔬菜,全部都是从当地社区运营的种植园采购的。这是卡莫阿-卡库拉可持续民生计划支持周边社区经济多样化的范例。

2.普拉特瑞夫项目
由艾芬豪矿业持股64%
位于南非

普拉特瑞夫项目由 Ivanplats (Pty) Ltd.(简称 “Ivanplats”)持有,该公司的 64% 权益归属于艾芬豪矿业。普拉特瑞夫项目的 26% 权益由 Ivanplats 的《全面提高黑人经济实力法案》(B-BBEE) 的南非受益人持有。这些受益人包括 20 个当地社区,约150,000 位居民、项目雇员和当地企业主。Ivanplats 在最近 B-BBEE 得分卡上的核实评估中达到 4 级贡献者身份。由伊藤忠商事株式会社、日本石油天然气和金属国家公司和日本天然气公司组成的日本财团通过 2 轮投资 (共 2.9 亿美元) 获取了 Ivanplats 的 10% 权益。

普拉特瑞夫项目包含厚大的铂族金属、镍、铜和黄金地下矿床,位于林波波省的布什维尔德火成杂岩地带北部,距离约翰内斯堡东北面约280公里,距离莫科帕内镇约8公里。

普拉特瑞夫矿化带为延伸30多公里的连续矿化,铂族金属矿化主要发生在该矿化带的北部。艾芬豪的普拉特瑞夫项目位于普拉特瑞夫南部,由Turfspruit及Macalacaskop两个相连的矿权组成。位于最北部的 Turfspruit 矿权,邻近且走向属于英美铂金(Anglo Platinum)的 Mogalakwena 矿群。

自2007 年,艾芬豪重点实施勘探和开发活动,以界定和扩展普拉特瑞夫原本矿体的下部延伸范围, 目前已命名为 Flatreef 矿体,且适合高度机械化的地下开采。整个 Flatreef 矿化范围位于 Turfspruit 和 Macalacaskop 矿权范围内,属于公司采矿许可范围的一部分。

普拉特瑞夫的职业健康与安全

普拉特瑞夫项目于2020年9月14日不幸地发生了一起致命事故,艾芬豪矿业对此深表遗憾。事故发生在一号竖井,当时井架一条载有吊桶的钢缆截断,导致矿石吊桶从一号竖井坠落并撞击于工作平台的北侧,当时有4名员工正在该平台上执行日常的抽水工作。

其中一名员工从地下救出后,由直升机送往约翰内斯堡的一家医院,他随后已出院,预计将会完全康复。遗憾的是,另外3名矿工已因伤势过重不幸身亡。

矿产和能源部的正式调查仍在进行中,初步结果显示此次不幸事故的发生是由于电子设备故障所造成。同时,行业领先的专家组正协助Ivanplats团队确定造成事故的原因。目前,Ivanplats团队正在评估竖井的受损程度以及所需的恢复工作,确保将以安全的方式恢复竖井的正常运作。

2017年独立最终可行性研究取得理想结果
普拉特瑞夫预计将会成为非洲成本最低的铂族金属生产商

2017年7月,艾芬豪矿业公布其南非普拉特瑞夫项目的钯-铂-镍-铜-金-铑矿一期开发的独立最终可行性研究取得理想结果。

普拉特瑞夫的最终可行性研究涵盖了年处理矿量400万吨的一期开发计划,包括兴建先进的地下矿山、选矿厂及其他相关基础设施,以配合首批精矿的生产。随着一期开发和投产,将可完善后续扩建的时间点和范围。

普拉特瑞夫的分期开发生产方案和2017年最终可行性研究更新版

艾芬豪目前正在研究普拉特瑞夫项目的分期开发生产方案,以大幅减低初期资本为目标,利用1号竖井作为矿场的首采井以加速投产。此方案将专注于首先完成从1号竖井到达采矿区的建设,使这个竖井的提升产能得到充分释放,然后再逐步提升至2017年最终可行性研究设计的产能。

同时,艾芬豪正在更新普拉特瑞夫项目的最终可行性研究报告,涵盖自2017年最终可行性研究报告完成以来的开发进展、更新成本以及金属价格和外汇假设调整。最终可行性研究更新版和分期开发生产方案的研究计划于2020年11月中发布。

1号竖井已成功到达地表以下 996 米的最终深度

1号竖井于 2018 年第三季度已成功到达位于地表以下 780.2 米深度的高品位 Flatreef 矿床 (T1 矿化带) 的顶部,现已延伸到地表以下 996 米的最终深度。 1号竖井的矿体(T1 和 T2 矿化带)厚度为 29 米,铂族金属(铂、钯和铑)及黄金的综合品位高达 11 克/吨,并含有大量的镍和铜金属。 29 米的钻孔见矿产生了约 3,000 吨矿石,其中估计含有超过 400 盎司的铂族金属。矿石已送往地表堆场以供进一步冶金取样。

750 米水平、850 米水平和950 米水平的工作站都已完工。这3个工作站将会提供前往高品位矿体的初步地下通道。 1号竖井转换的详细设计已接近完成,将使1号竖井配置为可永久进行矿石提升。由于2020年9月14日发生的意外事故,竖井转换的施工已被推迟。目前,Ivanplats团队正在评估所需修复工作,确保以安全的方式恢复竖井的正常运作。同时,艾芬豪正研究施工次序的替代安排以加快转换施工的速度。

地下采矿将会采用高生产率的机械方法

目前,普拉特瑞夫采矿计划中的采矿区位于地表以下约 700 米至 1,200 米的深度。2号竖井完工后将会用作通往矿区的主要通道;而1号竖井将会用作次要通道。矿场生产期间,1号和2号竖井将会用作通风入口。规划的另外3个通风天井将用于实现稳定产量。

计划采矿方法将会采用高效率的机械方法,包括深孔采矿法 (long-hole stoping) 及分层充填采矿法 (drift-and-fill)。两种方法都会采用水泥回填以提取最多的矿石。矿石将会从矿场通过一系列的内部矿石运送点输送到2号竖井的底部,然后进行破碎及提升至地表。

人力资源和职业技能发展

普拉特瑞夫项目的第二个社会和劳动计划 (SLP) 的咨询工作已进入最后阶段。在第二个SLP中,Ivanplats计划以第一个SLP为基础,继续专注于培训和开发计划,其中包括﹕增加15名新导师、向78名员工提供内部技术培训、延续向即将退休的员工提供新/其他技术的培训计划、为项目社区成员提供社区成人教育训练,以及向最少100名社区成员提供核心技术培训以及通用技能等。

当地经济发展项目包括﹕实行Mogalakwena市水井计划以开发社区水源、与教育部合作设立教育计划,以及大额资助建设市政卫生基础设施。

企业和供应商的发展承诺包括进一步扩展现有的小卖店和洗衣设施,以及增设更衣室设施,且日后交由社区伙伴负责管理。为期5年的综合业务发展和资助项目计划,将会帮助有兴趣的社区成员作好业务发展和作为供应商的准备。

普拉特瑞夫项目继续支持多个教育计划,包括线上学习计划及科学和计算机实验室的维护,以及在运营社区提供免费无线上网。为了达到艾芬豪减碳的目标,普拉特瑞夫项目在矿山影响范围内的两所当地学校内种植了25棵树。

普拉特瑞夫矿山的示意图,显示Flatreef的T1和T2厚大的高品位矿化带 (红色和深橙色) 、1号竖井和2号竖井至今已完成的地下开发工程 (白色) 和规划的掘进工程 (灰色) 。

3. 基普什项目
艾芬豪矿业持有68%权益
位于刚果民主共和国

位于刚果的基普什铜-锌-锗-银-铅矿山,邻近基普什镇,距离卢本巴希西南面约30公里。基普什矿山位于中非铜矿带,位于卡莫阿-卡库拉项目东南面约 250 公里,距离赞比亚边境不足一公里。 2011年11月,艾芬豪收购了基普什项目 68% 的权益;其余 32% 权益由刚果国有矿业公司 Gécamines 所拥有。

作为2020年4月27日公司宣布的成本削减措施的一部分,艾芬豪董事会将基普什项目2020年的总预算下降到2,870万美元,其中约800万美元是今年的剩余额度。

职业健康、安全与社区发展

于2020年9月底,基普什项目累积了合共 2,677,310个零失时工伤工时,距离项目上次录得的失时工伤个案发生已接近两年。

为响应世界各地政府因COVID-19疫情实施的旅行限制和紧急应对措施,基普什已暂停了矿山开发作业,以减少对员工和当地社区居民的风险。项目现场仍有一支精简后的队伍进行维护工作,并保持着抽水作业。

基普什项目设有饮用水供应站为基普什市供水。这包括电力、化学消毒剂、日常维护、保安和紧急修复主要管网的泄漏。项目于2020年建设了两个额外太阳能水井,为基普什附近两个运营社区的居民提供清洁的饮用水。

其他社区发展项目包括向运营社区捐赠5,000个N95口罩、向卫生区管理层捐赠额外的红外线测量温度计,并赞助当地电台广播COVID-19的宣传运动。其他加强COVID-19防范意识的工作还包括在镇内展示宣传海报以及电动宣传车每周三次走遍全镇。缝纫培训中心项目正在生产布口罩,每月向运营社区捐赠约2,000个口罩。

基普什项目公司 (Kipushi Corporation) 总经理Louis Watum (右) 向基普什地区的卫生人员Kiki Mushota (左) 捐赠COVID-19抗原检测试剂盒。

仪表工程师助理Kyungu Kabulo (左) 和仪表工程师Junior Kisula Ngoy (右) 在基普什处于地表以下1,200米水平的水泵站安装Grifo水泵的探测器和平衡盘。

最终可行性研究接近完成

艾芬豪矿业于2017年12月13日公布的基普什项目预可行性研究估计,初步11年矿山全寿命期间,平均年生产率达38.1 万吨锌精矿,现金成本总值约每磅锌0.48美元。

预可行性研究的重点 (以长期锌价格每磅 1.10 美元计算) 包括﹕

  • 税后净现值为 6.83 亿美元,实际折现率为 8%。
  • 税后实际内部收益率为 35.3%。
  • 税后项目投资回报期为 2.2 年。
  • 包括预备费用在内的投产前资本开支为 3.37 亿美元。
  • 与新建开发项目相比,利用现有的地表和地下基础设施,可显著降低资本开支。
  • 在矿山全寿命期间,平均年产锌精矿 38.1 万干吨,锌精矿品位 59%。投产后,预计基普什将会成为全世界规模最大的锌矿之一。

除非另有指明,否则所有数字均以 100% 项目为基础进行报告。在矿山全寿命期间,估计每磅锌的平均现金成本为 0.48美元。投产后,预计基普什将会成为世界现金成本最低 (成本曲线位于四分位图底部) 的锌生产商之一。

基普什项目的最终可行性研究即将完成,部份设计已进入详细的工程阶段。

矿工Kyungu (左) 和Mpoyo (右) 在基普什处于地表以下650米水平进行常规的安全程序。

项目开发和基础设施

尽管2020年9月30日止九个月以来的开发和重建活动受到限制,基普什矿山近年来的地下基础设施翻新工程进展十分理想,为重新开始矿山的商业生产作好准备。这些工程包括在不同深度修建垂直竖井和相关井架,以及地下矿山的挖掘工程和基础设施。一系列的横巷和通风基础设施仍然运作正常,并已清除陈旧的物料和设备,以配合先进的机械化采矿。地下基础设施还包括一系列高容量的水泵,用于管控竖井涌水,现在矿山水位已经非常易于维持在竖井底部。

5号竖井的直径为8米、深 1,240 米,现已进行升级和重新调试。主要的工作人员已到位和材料卷扬机已被升级和进行了现代化改造,以满足全球行业标准和安全标准。5号竖井的岩石卷扬机目前已全面运行,并已安装新的岩石矿兜、新的头尾绳以及相关配件。竖井已安装两个新制造的岩石运输工具(矿兜)和支撑框架(控制电缆),以方便从主矿提升岩石以及在 1,200 米水平将岩石送入废料储存仓。

大锌斜坡通道与5号竖井出岩设施之间的 1,150 米水平主要运输通道已经重新铺设混凝土,矿山现在可以使用现代化无轨移动机械进行采矿。新的卡车卸料箱 (用于将矿石送入正下方的大容量碎石机) 已在这个深度进行了安装。2号竖井的旧卷扬机已移除。现代化的新卷扬机已建设新地基,且组装和安装都已经完成,并在通过安全检验和测试程序后全面运行。

Samuel Ndembo (左) 和Mbiya Africa (右) 在基普什地表以下850米水平的变电站进行气量测量。

4. 刚果西部前沿 (Western Foreland) 勘探项目
艾芬豪矿业全资拥有
位于刚果民主共和国

目前,艾芬豪的刚果勘探团队通过区域性的勘探和钻孔计划,在其全资拥有、位于卡莫阿-卡库拉项目以北、以南和以西的西部前沿勘探许可范围内,重点勘探卡莫阿-卡库拉类型的铜矿化体。刚果西部前沿勘探项目的勘查工作仍在继续,2020年的总勘查预算为800万美元,其中300万美元是今年的剩余额度。

2020年第三季度重新展开钻孔工程,在 Makoko探矿区共完成了 7个新钻孔,且加深了第8个钻孔。钻孔工程的目的是要确定下Nguba地层朝着新勘探许可区向西面延伸的可能性。本季度共完成了2,589米的钻孔工程。此外,西部前沿勘探许可区继续进行勘探活动,并实施严格的COVID-19防疫程序以保护员工和钻孔工程承包商。

勘探团队在西部前沿地区勘探8个新的勘探许可区。勘探工作和钻孔工程包括水系沉积物取样、土壤取样以及露头和水系测绘,合共收集了181个水系沉积物样品和1,249个土壤样品进行分析。当前的目标是要深入理解新许可区的地质特性,并为日后的勘探和钻孔工作制定目标。计划取得的钻孔岩芯正在加工以进行分析,同时进行了详细的岩石物理性质检测,以进一步了解地质特性,以及研究数据是否适用于日后进行大规模的地球物理测试和分析。

高分辨率的磁力和辐射测量计划的后勤安排和调动工作已经展开,目前正在进行空中重力测量的规划。这两项地球物理探测定于2020年第四季度开始,目标是要了解在更广泛勘探区内不同岩性和地层的磁性特征。

2020年第三季度开始进行道路清理,以扩大Makoko地区的勘探范围。 2020年第四季度规划的工作包括建造一座桥通往位于Makoko道路尽头的部分新许可区,以及一些道路的改善工程。

季度财务信息精选

下表总结了前八个季度的财务信息精选。艾芬豪在任何财务报告期间都没有任何经营收入,并且在任何财务报告期间都未声明或支付任何股息或股东红利。

经营业绩讨论

截至2020年9月30日止三个月(对比 2019年9月30日)的回顾

公司于2020年第三季度录得100万美元的综合亏损,2019年同期则录得1,680万美元的亏损。 2019年第三季度的亏损,主要是由于把国外经营收入进行折算时由于南非兰特从2019年6月30日至2019年9月30日下跌7%而导致外汇损失1,770万美元,而公司于2020年第三季度则由于国外经营收入折算而产生了外汇收益430万美元。

2020年第三季度的财务收入达2,020万美元,与 2019年同期 (1,890万美元) 相比高出 130万美元。财务收入已计入2020年第三季度向卡莫阿控股合资企业提供贷款以运营所得的利息收入1,800万美元以及2019年同期所得的利息收入1,380万美元,随着累计贷款余额增加。由于美联储减息,导致现金和现金等价物所得利息下跌。

2020年第三季度的勘探及项目开支达到了1,000万美元,2019年同期达到了330万美元。 2019年第三季度的勘探及项目开支全数用于艾芬豪全资拥有的西部前沿勘探许可区的勘探活动;2020年第三季度还包括用于基普什项目的770万美元开支,由于项目在该季度减少作业而产生了有限的资本开支。下表列出了2020年第三季度和2019年第三季度基普什项目的主要开支类别﹕

公司为卡莫阿控股合资企业分担的亏损由2019年第三季度的710万美元上升至2020年第三季度的730万美元。下表列出截至2020年9月30日止三个月及2019年同期公司为卡莫阿控股分担的亏损汇总:

卡莫阿控股合资企业的融资成本与股东贷款有关,其中,每位股东均需向卡莫阿控股提供相当于其持股比例权益的资金。公司代表晶河全球继续出资,以换取以艾芬豪为受益人的期票的增加。

截至2020年9月30日止九个月(对比 2019年9月30日)的回顾

截至2020年9月30日止九个月,公司录得7,730万美元的综合亏损,2019年同期则录得530万美元的亏损。截至2020年9月30日止九个月的综合亏损,主要是由于把国外经营收入进行折算时由于南非兰特从2019年12月31日至2020年9月30日下跌22%而导致外汇损失4,960万美元,2019年同期由于国外经营收入折算而导致外汇损失1,190万美元。

截至2020年9月30日止九个月的财务收入达5,970万美元,与 2019年同期 (5,160万美元) 相比高出 810万美元。财务收入已计入截至2020年9月30日止九个月向卡莫阿控股合资企业提供贷款以运营所得的利息收入5,060万美元以及2019年同期所得的利息收入3,850万美元,随着累计贷款余额增加。截至2020年9月30日止九个月,现金和现金等价物所得利息达420万美元,与2019年同期 (960万美元) 相比减少540万美元。

截至2020年9月30日止九个月的勘探及项目开支达到了 3,100万美元,2019年同期达到了800万美元。2019年的勘探及项目开支全数用于艾芬豪全资拥有的西部前沿勘探许可范围的勘探活动;2020年还包括用于基普什项目的2,530万美元开支,由于项目在本年度至今减少作业而产生了有限的资本开支。

下表列出了截至2020年9月30日止九个月和2019年同期基普什项目的主要开支类别﹕

公司为卡莫阿控股合资企业分担的亏损由截至2019年9月30日止九个月的1,920万美元上升至2020年同期的2,060万美元。下表列出截至2020年9月30日止九个月及2019年同期公司为卡莫阿控股分担的亏损汇总:

截至 2020930日的财务状况对比截至 20191231日的财务状况

截至2020年9月30日,公司的总资产为23.755亿美元,相比截至2019年12月31日的24.447亿美元减少了6,920万美元。截至2020年9月30日止九个月,公司动用了现金资源4,730万美元作运营用途,并获得420万美元的利息收入。

截至2020年9月30日,不动产、厂房和设备总值达4.058亿美元,相比截至2019年12月31日的4.211亿美元减少了1,530万美元,主要是由于南非兰特从2019年12月31日至2020年9月30日期间贬值22%而导致不动产、厂房和设备(非美元业务) 的外汇损失4,760万美元。共计3,590万美元花费在项目开发及其他不动产、厂房及设备的购买。在这个总额中,3,400万美元涉及普拉特瑞夫项目的开发成本及其他不动产、厂房及设备的购买。

截至2020年9月30日止九个月及2019年同期的普拉特瑞夫项目增购不动产、厂房和设备 (已计入资本化开发成本) 的主要条目详见下表:

普拉特瑞夫项目产生的成本被视为对于使项目迈向商业生产而言是必需的,因此予以资本化为不动产、厂房和设备。

鉴于每位现有股东需按其持有的股权比例向卡莫阿控股合资企业注资从而为运营供资,公司向卡莫阿控股合资企业的投资上升了2.674亿美元,从截至2019年12月31日的9.126亿美元到截至2020年9月30日的11.8亿美元。截至 2020年9月30日止九个月期间,公司向卡莫阿控股合资企业的现金出资份额达到2.374亿美元,而公司分担的合资企业亏损则达到2,060万美元。

公司对卡莫阿控股合资企业的投资明细如下﹕

卡莫阿控股合资企业主要使用由其股东向其预付的贷款,投资在矿山开发和购买其它不动产、厂房和设备以及持续实施勘探活动,以推进卡莫阿-卡库拉项目。这可以从公司享有的卡莫阿控股合资企业的净资产份额的移动看出来。该净资产份额可分解如下:

卡莫阿控股合资企业的不动产、厂房和设备从 2019年12月31日净增长至 2020年9月30日,达到3.828亿美元,可进一步分解如下:

截至2020年9月30日,公司的总负债为7,560万美元,相比截至 2019年12月31日的8,190 万美元减少了630万美元,主要由于贸易及其他应付款项减少730万美元所致。

流动资金和资本资源

截至2020年9月30日,公司拥有3.758亿美元的现金和现金等价物。截至该日,公司的综合运营资金约为4.274亿美元,而截至 2019年12月31日则为 6.885亿美元。

自 2015年12月8日起,每位股东必须按其持有卡莫阿控股的股权比例向卡莫阿控股注资。公司代表晶河全球继续提供资金,以换取以艾芬豪为受益人的期票的增加。

目前,普拉特瑞夫项目的开支由艾芬豪独自供资 (通过向 Ivanplats 提供计息贷款),因为日本财团已决定不为当前的开支供资。

公司已按比例为卡莫阿-卡库拉项目制定2020 年剩余时间的预算为 1.27亿美元,将会继续推进卡库拉矿山的开发工作,并预计于2021年7月实现首批铜生产。公司已实施多项节流措施,包括减少其在全球各地的办事处、削减20%的企业和高管人员人数、高管人员短期自愿性减薪,以及在全公司范围内实施其他现金节流措施。同时,艾芬豪董事会已将各个项目的2020年预算调低。公司预算在2020年剩余时间花费800万美元进一步开发普拉特瑞夫项目、800万美元用于基普什项目、300万美元用于刚果的区域性勘探活动,以及500万美元用于公司经常性开支。

随着艾芬豪继续推进各个项目,公司管理层已审核和评估了多种替代性方案,以便按比例为卡库拉铜矿的建设供资,以及推进公司在非洲南部的其它项目的勘探和开发。这些替代性方案包括但不限于现有的流动资金来源,其中包括现金、应收账款和投资、资产出售、项目融资、金属流或权益金交易、设备及债务融资。虽然艾芬豪预计将会继续持有充足的现金资源或项目相关的可用融资方案,以覆盖其应承担的卡库拉矿山初期资本开支份额,但是公司仍将继续寻求和评估任何提供给艾芬豪的机会,并同时考虑艾芬豪的最佳利益以及艾芬豪的运营与财务状况、行业形势及地缘政治因素。

艾芬豪在其英国伦敦办事处有一笔价值320万英镑 (410万美元) 的抵押债券未偿付,需于2025年8月28日全数偿还,此抵押债券以该物业作为抵押担保,按1个月期英镑LIBOR加1.9 %的利率每月支付利息。利息仅在到期日支付。

2013年,艾芬豪获ITC Platinum Development Limited提供合约金额3,220万美元的应付贷款。截至2020年9月30日,该公司的账面值为3,130万美元。艾芬豪必须在普拉特瑞夫项目出现剩余现金流后,即时偿还该项贷款。根据贷款协议,剩余现金流定义为普拉特瑞夫项目产生的总收入,扣除所有相关运营成本 (包括所有采矿建设和运营成本)。逾期债款需按3个月期美元LIBOR加2%的利率每月支付利息。利息不复利。应付合约金额与贷款账面值相差310万美元,主要由于低息贷款所致。

公司向监管机构提交的工作计划开支带有隐含承诺,以保持其矿权的勘探和采矿许可区良好的信誉。下表列出了公司的长期合约责任﹕

如上所述,上表列出的债务代表应向花旗银行支付的抵押债券以及应付ITC Platinum Development Limited的贷款。

公司需按其持有的股权比例向卡莫阿控股合资企业供资。

本新闻稿应当与艾芬豪矿业截至2020年9月30日止三个月和九个月的未经审核简明综合中期财务报表和《管理层讨论与分析》报告一起阅读。有关报告可在www.ivanhoemines.comwww.sedar.com获取。

合资格人士

本新闻稿中关于卡莫阿-卡库拉项目资本开支和开发方案修订版`的科学或技术性披露已经由史蒂夫·阿莫斯 (Steve Amos) 审查和批准,他凭借其教育、经验和专业协会会籍被认为是NI 43-101 标准下的合资格人士。由于阿莫斯先生是卡莫阿项目的负责人,因此他并不符合NI 43-101 对独立人士的界定。阿莫斯先生已核实本新闻稿所披露的技术数据。

本新闻稿中关于卡库拉和卡索科矿堆的其它科学或技术性披露已经由乔治·吉尔克里斯特 (George Gilchrist) 审查和批准,他凭借其教育、经验和专业协会会籍被认为是NI 43-101 条款下的合资格人士。由于吉尔克里斯特先生是艾芬豪矿业资源部副总裁,因此他并不符合NI 43-101 对独立人士的界定。吉尔克里斯特先生已核实本新闻稿所披露的其它技术数据。

本新闻稿中的其它科学或技术性披露已经由斯蒂芬·托尔 (Stephen Torr) 审查和批准,他凭借其教育、经验和专业协会会籍被认为是NI 43-101 条款下的合资格人士。由于托尔先生是项目地质和评估副总裁,因此他并不符合NI 43-101 对独立人士的界定。托尔先生已核实本新闻稿所披露的其它技术数据。

艾芬豪已经为普拉特瑞夫项目、基普什项目和卡莫阿-卡库拉项目分别编制了一份符合NI 43-101 标准的最新独立技术报告,这些报告可在SEDAR 网站上的艾芬豪页面获得,网址为www.sedar.com

  • 2020年10月13日发布的2020年卡莫阿-卡库拉综合开发方案,由OreWin Pty Ltd.、中国瑞林工程技术有限公司、DRA Global、Epoch Resources、Golder Associates Africa、KGHM Cuprum R&D Centre Ltd. 、Outotec Oyj、Paterson and Cooke、Stantec Consulting International LLC、SRK Consulting Inc.以及Wood plc编制,涵盖公司的卡莫阿-卡库拉项目;
  • 2017年9月4日发布的2017 年普拉特瑞夫可行性研究技术报告,由DRA Global、OreWin PtyLtd.、Amec Foster Wheeler、Stantec Consulting、Murray & Roberts Cementation、SRK Consulting、Golder Associates 和Digby Wells Environmental编制,涵盖公司的普拉特瑞夫项目;以及
  • 2019年3月28日发布的2019 年基普什矿产资源更新,由OreWin Pty Ltd.、MSA Group (Pty) Ltd.、SRK Consulting (South Africa) (Pty) Ltd. 和MDM (Technical) Africa Pty Ltd . (Wood PLC 的一个部门) 编制,涵盖了公司的基普什项目。

这些技术报告包括本新闻稿中引用的普拉特瑞夫项目、基普什项目和卡莫阿-卡库拉项目的矿产资源估算的生效日期、假设、参数和方法等信息,以及本新闻稿中关于普拉特瑞夫项目、基普什项目和卡莫阿-卡库拉项目的科学和技术性披露的数据验证、勘探程序和其他事项的信息。更多有关公司的信息 (包括公司的年度信息表),可在 SEDAR 网站 (www.sedar.com) 获得。

联系方式
投资者﹕                                                  媒体﹕
Bill Trenaman +1.604.331.9834               Matthew Keevil +1.604. 558.1034         

前瞻性陈述

本新闻稿载有的某些陈述可能构成适用于证券法所定义的“前瞻性陈述”或“前瞻性信息”。该等陈述及信息涉及已知和未知的风险、不明朗因素和其他因素,可能导致本公司的实际业绩、表现或成就、其项目或行业的业绩,与前瞻性陈述或信息所表达或暗示的任何未来业绩、表现或成就产生重大差异。该等陈述可通过文中使用“可能”、“将会”、“会”、“将要”、“打算”、“预期”、“相信”、“计划”、“预计”、“估计”、 “安排”、“预测”、“预言”及其他类似用语,或者声明“可能”、“会”、“将会”、“可能会”或“将要”采取、发生或实现某些行动、事件或结果进行识别。这些陈述仅反映本公司于其2020年第三季度《管理层讨论与分析》发布当日对于未来事件、表现和业绩的当前预期。

该等陈述包括但不限于下列事项的时间点和结果﹕(i) 关于选矿厂预计于2021年第二季度完工,并计划于2021年7月实现首批铜精矿生产的陈述;(ii) 关于卡库拉矿山的地下开发速度预计将随着采矿人员的增加而继续加快的陈述;(iii) 关于卡库拉的地下开发在未来几个月将主要集中在铜品位超过5%的矿段,预计其高品位矿堆将得到大量扩充的陈述;(iv) 关于Mwadingusha水电站的6台涡轮机翻新及相关的220 千伏基础设施工程进展顺利,翻新后的水电厂预计将于2021年第一季度向国家电网提供72 兆瓦电力的陈述;(v) 关于卡库拉将会生产极高品位的清洁铜精矿(含铜量达55%以上) ,将会是世界各地铜冶炼厂渴求的高质量产品的陈述;(vi) 关于加快扩建卡库拉矿山第二座380万吨/年选矿厂的速度,从380万吨/年提升到760万吨/年的入选矿量,使选矿厂第二序列的扩建从2023年第一季度提前至2022年第二季度完成的陈述;(vii) 关于卡库拉贯通后将显著改善矿体中心的通风情况,使更多采掘班组可在卡库拉的高品位矿段开始高产能采矿作业的陈述;(viii) 关于普拉特瑞夫项目的分期开发生产方案,以大幅减低初期资本为目标,利用1号竖井作为矿场的首采井以加速投产,然后再逐步提升至2017年最终可行性研究设计的产能的陈述;(ix) 关于预计于2020年11月中公布普拉特瑞夫项目的分期开发生产方案及最终可行性研究更新版的时间点的陈述;(x) 关于卡莫阿-卡库拉合资企业在首产之前还有约5.7亿美元资本开支的陈述;(xi) 关于普拉特瑞夫计划采用高效率的机械采矿方法,包括深孔采矿法及分层充填采矿法,两种方法都会采用水泥回填以提取最多矿石的陈述;(xii) 关于艾芬豪预计将继续持有充足的现金资源或项目相关的可用融资方案,以涵盖其应承担的卡库拉矿山初期资本开支份额的陈述;(xiii) 关于普拉特瑞夫和基普什项目减少开发活动的时间点和期间的陈述;(xiv) 关于卡莫阿-卡库拉的合资伙伴正为项目融资计划作最后定案,全速推进项目第二序列开发的陈述;以及(xv) 关于2020年剩余时间预计花费800万美元进一步开发普拉特瑞夫项目、800万美元用于基普什项目、300万美元用于刚果的区域性勘探活动、500万美元用于公司经常性开支,以及按比例为卡莫阿-卡库拉项目制定2020 年剩余时间的预算为1.27亿美元的陈述。

此外,卡库拉铜矿可行性研究、2020年卡库拉-卡索科预可行性研究以及更新和扩展的卡莫阿-卡库拉项目初步经济评估的所有结果、普拉特瑞夫项目的可行性研究,以及基普什项目的预可行性研究均构成了前瞻性陈述或信息,并包括内部收益率的未来估算、净现值,未来产量、现金成本估算、建议开采计划和方法、估计矿山全寿命、现金流量预测、金属回收率、资本和运营成本估算,以及项目分期开发的规模和时间点。另外,对于与卡莫阿-卡库拉项目、普拉特瑞夫项目和基普什项目开发有关的特定前瞻性信息,公司是基于某些不确定因素而作出假设和分析。不确定因素包括:(i) 基础设施的充足性;(ii) 地质特征;(iii) 矿化的冶金特征;(iv) 发展充足选矿产能的能力;(v) 铜、镍、锌、铂金,钯、铑和黄金的价格;(vi) 完成开发所需的设备和设施的可用性;(vii) 消耗品和采矿及选矿设备的费用;(viii) 不可预见的技术和工程问题;(ix) 事故或破坏或恐怖主义行为;(x) 货币波动; (xi) 法例修订;(xii) 合资企业伙伴对协议条款的遵守情况;(xiii) 熟练劳工的人手和生产率;(xiv) 各政府机构对矿业的监管;(xv) 筹集足够资金以发展该等项目的能力;(xiv) 项目范围或设计更变;以及(xv) 政治因素。

本新闻稿亦载有矿产资源和矿产储量估算的参考信息。矿产资源的估算具有内在的不确定性,并涉及对许多相关因素的主观判断。矿产储量的估算提供了更多的确定性,但仍然涉及类似的主观判断。矿产资源并非矿产储量,并不显示其具有经济潜力。任何该等估算的准确性是可用数据的数量和质量的函数,并根据工程和地质诠释的假设和判断 (包括估计公司项目的未来产量、预计开采所得的矿石量和品位,以及估计将会实现的回收率) 而作出,可能被证明是不可靠的,在一定程度上取决于钻孔结果和统计推论的分析,而最终可能证明是不准确的。矿产资源或矿产储量估算可能需要根据以下因素重新估算:(i) 铜、镍、锌、铂族元素(PGE)、黄金或其他矿物价格的波动;(ii) 钻孔工程的结果;(iii)冶金测试和其他研究;(iv) 建议开采作业,包括贫化;(v) 在矿山计划的任何估算及/或变更日期之后作出的矿山计划评估;(vi) 未能取得所需准许、批准和许可证的可能性;以及 (vii) 法律或法规的修订。

前瞻性陈述及信息涉及重大风险和不确定性,故不应被视为对未来表现或业绩的保证,并且不能准确地指示能否达到该等业绩。许多因素可能导致实际业绩与前瞻性陈述或信息所讨论的业绩有重大差异,包括但不限于“风险因素” 以及本公司截至2020年9月30日止三个月和九个月的《管理层讨论与分析》其他部分所指的因素,以及有关部门实施的法律、法规或规章或其不可预见的变化;与本公司签订合约的各方没有根据协议履行合约;社会或劳资纠纷;商品价格的变动;以及勘探计划或研究未能达到预期结果或未能产生足以证明和支持继续勘探、研究、开发或运营的结果。

虽然本新闻稿载有的前瞻性陈述是基于本公司管理层认为合理的假设而作出,但本公司不能向投资者保证实际业绩会与前瞻性陈述的预期一致。这些前瞻性陈述仅是截至本新闻稿发布当日作出,而且受本警戒性声明明确限制。根据相应的证券法,本公司并无义务更新或修改任何前瞻性陈述以反映本新闻稿发布当日后所发生的事件或情况。

基于本公司截至2020年9月30日止三个月和九个月的《管理层讨论与分析》的“风险因素”和其他部分所指的因素,本公司的实际业绩可能与这些前瞻性陈述所预计的业绩产生重大差异。

Télécharger en format PDF

Inscrivez-vous à notre liste d’e-mails

Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software